Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Irrigation : pas une bassine de plus !
par Marc Laimé, 15 juin 2022

En pleine sécheresse, plus de 30 collectifs, syndicats et associations s’engagent à se mobiliser contre les méga-bassines en cas de démarrage d’un nouveau chantier. Elles donnent rendez-vous pour l’arrêter le 3e week-end suivant le début des travaux. Bassines Non Merci qui va être auditionné jeudi par la Commission Européenne Peti dénonce également l’illégalité de ces bassines, qui bafouent pas moins de 9 directives européennes, comme le démarrage de la Bassine SEV 17 l’a déjà montré.

« A l’appel des collectifs Bassines Non Merci et des Soulèvements de la Terre

La sécheresse qui sévit une nouvelle fois sur le pays, notamment sur les Deux-Sèvres, confirme dramatiquement l’ensemble des critiques développées par les opposants aux méga-bassines : inadaptation intrinsèque du modèle agricole dominant qui vise à démultiplier les bassines face à la crise climatique, impact sur les réseaux hydrologiques extrêmement fragilisés, pompage hivernal malgré des nappes qui peinent à se recharger ! Le tout sous l’argument fallacieux de la « substitution ».

Au vu de la contestation, le chantier test de Mauzé-sur-le-Mignon - 1ère d’une nouvelle série de bassines - a été un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisés en société anonyme. Face aux diverses actions menées - rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, désarmement de plusieurs engins, mobilisations répétées de milliers de personnes - les difficultés de réalisation et les coûts de surveillance se sont démultipliés.

Pour le mouvement citoyen de contestation contre les bassines, ce premier chantier a plutôt été un catalyseur qui n’a fait que l’amplifier et fortifier sa détermination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyés par le gouvernement.

Il a pris une dimension nationale et emblématique sur la défense et le partage de ce commun qu’est l’eau. Il travaille localement à d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques.

Mobilisation -.

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifié. L’une, agro-industrielle, dopée aux intrants chimiques et à la course aux volumes, qui privatise les ressources communes dans une logique à court terme ; l’autre, paysanne, guidée par l’urgence absolue de prendre soin du vivant, de le mettre en partage et d’en maintenir la diversité et la fertilité.

Localement, les pro-bassines viennent de se voir infliger un désaveu réaffirmé avec l’ultime décision de la cour d’appel qui vient ratifier l’illégalité - du fait de leur impact environnemental - des 5 bassines mises en œuvre il y a quelques années par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois.

Trois de ces bassines avaient été préventivement démantelées, dont une le 6 novembre par 3000 personnes en manifestation, tandis que la Confédération paysanne revendiquait le démontage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein déni de réalité, s’entête encore. Des méga-bassines continuent à être planifiées en divers endroits du pays. Des démarrages de chantiers sont annoncés sur trois nouvelles bassines, possiblement à partir d’août, à Prière, Épannes et Sainte-Soline, peut-être d’autres dans la Vienne.

Nous ne pouvons envisager de les laisser faire.

Nous sommes à un moment charnière où nous devons unir nos forces à l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coût politique et économique ingérable. Puisque le gouvernement - pieds et poings liés avec l’agro-industrie et la FNSEA - malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique », reste incapable de prendre la décision, à minima, d’un moratoire, nous le mettrons en œuvre nous-mêmes.

En cas de démarrage de tout nouveau chantier de méga bassines avec son ballet de tractopelles, nous appelons à se retrouver 3 semaines plus tard, plus massivement que jamais pour manifester jusqu’au chantier et le mettre à l’arrêt.

Pas un seul chantier de méga-bassine de plus. Partageons l’eau. No Bassaran !

PREMIERS SIGNATAIRES : Action Antifasciste Deux-Sèvres 79, Alerte Pesticides Haute Gironde, Attac 17 et 44, Beaumont en Commun, Collectifs Bassines Non Merci (Berry, 16, 79, 86), CGT (Nationale), Colère Citoyenne 79, Eco Avenir, EELV 86, Extinction Rébellion Nantes, Extinction Rébellion Poitiers, Génération.s 86, Groupe d’Action France Insoumise Marennes Bourcefranc, La France Insoumise 85, 79, Le Jardin l’Éphémère, Les braises (Saint Emilion), Les désobéissants, Les Soulèvements de la Terre, NatürliF Prod, NPA 79, NUPES 17-01, 17-02, 79-01, 79-03, 86-02, 85-05, 85-03, Parti de Gauche 79, Parti Communiste Français 79, Rendez-nous la mer - Ar mor·Bro An Oriant, Union Populaire Charente Nord/Est, Union départementale Solidaires 79, Union Syndicale Solidaires (nationale), Vienne Insoumise 86, Youth for Climate Nantes.

Lire aussi :

70 ans d’agriculture française au service de l’accumulation capitaliste

https://www.terrestres.org/2022/06/...

Terrestres.

impression

commentaires

1 Irrigation : pas une bassine de plus !

Si on avait DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été.Tous les ans les indemnités sécheresses et inondations coutent des milliards aux contribuables (sans parler des vies humaines ... ) alors qu’avec quelques millions on résoudrait en même temps les deux problèmes (RETENIR EN AMONT POUR NE PAS INONDER EN AVAL) . Sans oublier l’énergie propre que peut fournir une turbine associée à une retenue, en France nous avons largement de quoi doubler notre production hydroélectrique !
.
Il faut savoir aussi qu’à chaque forte pluie TOUTES les stations d’épurations débordent directement dans les rivières engendrant une pollution ÉNORME jusqu’à la mer ...
.
Depuis 20 ans les agences de l’eau font détruire SYSTÉMATIQUEMENT tous les systèmes de régulation, le résultat est consternant mais tout à fait LOGIQUE ...

poste par denise - 2022-06-23@09:15 - Répondre à ce message
2 Irrigation : pas une bassine de plus !

et les déchets de la déconstruction des barrages vont artificialiser lA CREATION de " zones qualifiées de naturelles de loisirs pour citadins... " .... jE VIENS D’EN VOIR LA PREUVE CE WEEKEND, avec sidération, mélange de déchets de béton et de routes bitumées dans une zone humide, création d’un dôme artificiel pour Une vue en surplomb.... Bizarrement il n’y a pas la moindre contestation...
un agriculteur ferait, 0.1 % de ça , et il aura un procès verbal, serait dénoncé à l’administration ,serait mis à l’index sur des site internet, aurait une descente de l’OFB avec mise en demeure de remise en état des lieux...

poste par grgrg - 2022-06-27@11:09 - Répondre à ce message
3 Irrigation : pas une bassine de plus !

Depuis 20 ans les agences de l’eau font détruire SYSTÉMATIQUEMENT tous les systèmes de régulation, le résultat est consternant mais tout à fait LOGIQUE ...
.
Depuis plus de 30 ans on annonce une dégradation dans la répartition annuelle des pluies (inondations et sécheresses), il fallait donc CONSTRUIRE au lieu de DÉTRUIRE ... Comment peut on en arriver à faire, pendant 20 ans , EXACTEMENT l’inverse de ce qu’il fallait faire ? Pour comprendre Il faut chercher du coté de veolia ...
La taille des villes augmente tous les ans et les assainissements collectifs sont sous dimensionnés, l’assainissement à la française consistant à diluer les polluants dans les rivières, il fallait amener toujours plus d’eau dans les rivières (l’effet chasse d’eau ...) et faciliter l’écoulement vers la mer ... ça dure depuis des dizaines d’années, la mer est une poubelle, non seulement on pollue massivement et illégalement mais on assèche complètement les Terres : "on jette l’eau avec le bébé du bain ..."

poste par denise - 2022-06-23@09:16 - Répondre à ce message
4 Irrigation : pas une bassine de plus !

il y a une disproportion entre le nombre d’habitations et les ressources disponibles, vu la politique de "l’état à le temps" comme on nous dit ....on est sur d’être tout le temps en retard ...et en sur consommation des ressources naturelles.... et, vu le pouvoir exorbitant des collectivités ...., des administrations,...du fossé avec la réalité du terrain..on a des soucis à se faire ..

poste par grgrg - 2022-06-27@15:02 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!