Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Irrigation et usage des pesticides : le gouvernement au service du système agro-industriel, par Attac France
par Marc Laimé, 15 juin 2018

Pour le groupe Eau d’ATTAC France, parallèlement à l’offensive sans précédent contre les services publics et le droit du travail, le gouvernement est en train de modifier radicalement les politiques de l’eau et de l’agriculture, et cela au service du système agro-industriel et sous le faux prétexte de la lutte contre le changement climatique.

"Les ministres Nicolas Hulot et Stéphane Travert ont relancé en 2017 les projets de territoire concernant l’irrigation agricole à la demande de la FNSEA et d’Irrigants de France et créé une cellule d’expertise sur la gestion de la ressource en eau dans le domaine agricole. Cette cellule a pour objectif inavoué de faire sauter les barrières réglementaires, de réduire, voire d’éliminer, les études d’impact environnemental et les recours des associations contre ces projets, à l’image de ce qui est en train de se passer pour les projets d’éolien et de méthanisation.

Par ailleurs, le gouvernement exige des agences de l’eau qu’elles participent au financement des bassines, retenues collinaires et transferts d’eau, alors que ce même gouvernement a décidé de ponctionner leurs budgets basés essentiellement sur les redevances des usagers domestiques et exige qu’elles réduisent leurs effectifs.

Les services décentralisés de l’État sont chargés d’établir pour chaque département les cartographies des cours d’eau et des zones de non traitement aux pesticides en bordure des points d’eau, en concertation avec les parties prenantes locales. La pression des chambres d’agriculture contrôlées par la FNSEA est telle que beaucoup d’écoulements ne sont plus identifiés comme des cours d’eau. Par conséquent, les agriculteurs riverains pourront, d’une part prélever de l’eau dans ces « non cours d’eau » sans passer par une demande d’autorisation et une étude d’impact environnementale, et d’autre part épandre en toute liberté des pesticides sur les berges. La pollution des sols et des masses d’eau par les pesticides n’est pas prête de diminuer, d’autant que le plan écophyto censé limiter l’usage des pesticides et donc les pollutions est un échec complet et que le nouveau plan présenté par le gouvernement ne va pas changer la donne.

Projets de territoire et cartographies s’élaborent dans la plus grande opacité et en connivence entre dirigeants politiques, hauts fonctionnaires, système agro-industriel, empêchant de fait toute évolution vers une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement. C’est pour ces raisons qu’il est important de soutenir et médiatiser les associations qui luttent sur le terrain pour la préservation des écosystèmes aquatiques, l’accès à l’eau et la santé des populations."

impression

commentaires

1 Irrigation et usage des pesticides : le gouvernement au service du système agro-industriel, par Attac France

à force de tirer à boulets rouges sur les paysans et ne pas reconnaitre financièrement les efforts faits, de raler parce que le coq chante le samedi et le dimanche, parce qu’il y a du bruit et qu’il faut que l’on travaille le dimanche et des animaux qu’ils faut bien nourrir et soigner 365 jours par an, le citoyen a épuisé les agriculteurs des fermes familiales et a donné les clefs à l’agro- industrie qui d’ailleurs pas une seule fois n’a montré son soutient en faveur d’une juste rémunération du paysan , pas plus d’ailleurs que la clcv et autres associations de consommateurs ni des soit disant associations de protection de la nature qui ne ciblent bizarrement que l’agriculture ( le pollueur étant toujours l’autre, ) . Résultat l’agriculture va s’industrialiser très très vite maintenant ; J’ai envie de vous dire : j’ai fait tous ces efforts pour ça !!!! franchement j’aurais mieux fait de ne pas me saigner et perdre ma santé pour une aussi grande ingratitude de la part du citoyen ;

on n’est plus au moyen age ....

au fait je ne supporte plus de trouver dans mes champs des cannettes de bière, des bouteilles d’alcool, des préservatifs, des lingettes, des emballage mac do des randonneurs quand ce n’est pas des déchets de bricolage, de jardin des particuliers parce que l’on est arrivé trop tard à la déchetterie , des sommiers et autres matelas et objets encombrants j’en passe et des meilleurs ....

poste par annedebretagne - 2018-06-17@08:55 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!