Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Irrigation en Poitou-Charentes : recours contre un projet de 19 bassines
par Marc Laimé, 23 mai 2018

Le collectif interasszociatif qui s’est intensément mobilisé contre le projet de construction de 19 réserves de substitution (les fameuses "bassines") sur le bassin de la Sèvre Niortaise-Mignon-Courance a annoncé le 22 mai lors d’un point presse organisé à Niort qu’il a déposé un recours au Tribunal administratif contre l’arrêté interpréfectoral autorisant la construction et l’exploitation de ces 19 bassines.

Le collectif a été constitué par 12 associations et fédérations qui se réunissent depuis un an et demi pour travailler, échanger des informations, réfléchir ensemble sur ce projet surdimensionné de bassines, conduisant à un développement de l’irrigation et d’une agriculture peu respectueuse de l’environnement.

Un appel à financement participatif sur la plate-forme Hello Asso https://www.helloasso.com/associati... a permis d’atteindre 6950 €, ce qui va aider à financer cette action juridique.

Il est toujours possible d’aider financièrement cette action en envoyant un don à Poitou-Charentes Nature 14, rue Jean Moulin 86240 Fontaine-le-Comte, en indiquant l’objet de votre don.

Le collectif souligne que l’opposition à ce projet de réserves de substitution, surnommées « bassines », n’est qu’un épisode de la lutte pour le partage de la ressource en eau.

« Les préoccupations doivent être prioritairement la quantité et la qualité de la ressource pour l’eau potable et les milieux aquatiques et non le fait de savoir comment remplir les réserves !

Il rappelle aussi que malgré les réserves, dites de substitution, le pompage estival des nappes et des cours d’eau continuera avec le risque avéré d’atteindre les seuils de déclenchement de situation de crise.

Le débat démocratique ne doit pas être perturbé par une focalisation sur la fiabilisation d’une ressource pour l’agriculture intensive ; il s’agit d’abord de réfléchir et de proposer des solutions pour la gestion collective de l’eau et son usage sur un territoire donné.

Ceci dans le cadre du changement climatique et de l’obligation d’améliorer la qualité de l’eau et le bon fonctionnement des milieux aquatiques. »

Le collectif des associations :

AAPPMA Pêches sportives de Saint-Maixent-l’Ecole,

Association de Protection, d’Information et d’Etude de l’Eau et de son Environnement (APIEEE),

Coordination pour la Défense du Marais Poitevin(CDMP),

Deux-Sèvres Nature Environnement (DSNE),

Fédération des Deux-Sèvres pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique,

Fédération de Charente Maritime pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique,

Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres (GODS),

Nature Environnement 17,

Poitou-Charentes Nature,

SOS Rivières et Environnement,

Vienne Nature.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!