Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Guadeloupe : après la tempête, le bricolage et l’impéritie continuent de plus belle
par Marc Laimé, 21 octobre 2022

En dépit des communications officielles rassurantes, la crise perdure et s’aggrave dans l’île aux Belles eaux. En coulisses l’Etat, les élus locaux, et différents porteurs d’intérêt s’affrontent en réalité sans merci, ne laissant augurer aucune amélioration d’une situation scandaleuse qui perdure depuis plus de quinze ans.

Des dizaines de milliers de Guadeloupéens pourraient retrouver un service d’eau potable "dès la mi-décembre", indiquait la Région Guadeloupe, lors de la visite d’un chantier le mercredi 12 octobre dernier, près d’un mois après le passage de la tempête Fiona.

Depuis que la tempête tropicale a provoqué d’importants dégâts, dans la nuit du 16 au 17 septembre, le plus gros chantier se trouve à Capesterre-Belle-eau (sud de Basse-Terre), où une importante canalisation a été emportée par une crue.

Près de 40% des clients du syndicat mixte de gestion des eaux et de l’assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG) qui dépendent de cette canalisation sont privés d’eau, notamment sur l’île de la Grande-Terre.

Le chantier est évalué à plus d’1,8 million d’euros, porté par les fonds européens et la Région, mais "la solidarité a joué", a expliqué à l’AFP Ary Chalus, le président de la Région Guadeloupe, rappelant les prêts de matériel, tiré du stock stratégique du Département.

Une canalisation "un peu artisanale" ( !), selon les entreprises chargées de la réparation, est en cours d’installation pour parer au plus pressé et rendre un peu d’eau aux habitants pour un mois et demi, avant qu’une solution plus durable ne soit installée et mise en service à la mi-décembre. "Il y aura de l’eau à Noël", s’est réjoui Jean-Louis Francisque, président du SMGEAG.

"Après les travaux d’urgence pour lesquels les fonds de secours sont mobilisés, il faut construire l’avenir et travailler à une gouvernance concertée de l’eau" autour de la problématique globale en Guadeloupe, a annoncé Joël Mathurin, directeur de cabinet du ministre délégué aux Outre-mer.

Il est venu en Guadeloupe début octobre constater l’avancée des chantiers, dévoilant à demi-mot une intervention future de l’Etat dans la gestion du SMGEAG, à plusieurs niveaux.

Car, a rappelé M. Mathurin, en Guadeloupe, le retour à l’eau courante signifie souvent le retour aux "tours d’eau solidaires", qui consistent à couper l’eau d’un quartier pour alimenter un autre sur des plages horaires définies, des faits "inacceptables pour la population".

En plus des travaux d’urgence sur le poste eau, les infrastructures (routes, ponts) endommagés par la tempête, nécessitent de lourds travaux dont certains ont déjà commencé. "D’après le diagnostic de mes services, on est déjà à 37 millions (d’euros) de réparations", a indiqué Ary Chalus.

Affrontements en coulisse

Paris semble tout de même s’inquièter de l’impasse qui perdure.

Une mission interministérielle a été dépêchée sur l’île, avec pour objectif particulier d’auditer les finances du syndicat, et de préparer ce faisant un « monitoring financier et opérationnel », un marché de 300 000 euros, financé par la CDC, censé permettre au syndicat de se remettre à flots.

Un mirage…

La qualité des missionnaires n’est pas en cause.

Le chef de mission est ingénieur des Ponts, le dircab de Carenco est lui aussi ingénieur Général des Ponts-préfet, avec une assistante ingénieure des Ponts, déjà venue en Guadeloupe.

Philippe Carton, Suez Antilles-Guyane, est le condisciple de l’ l’Ingénieur Général des Ponts et Préfet, Joël Mathurin, dircab de Carenco, son assistante est une ingénieure des Ponts, ancienne du Grand Port Maritime de Guadeloupe.

Soit beaucoup d’ingénieurs des Ponts, qui ne connaissent guère les réalités du terrain. Comme leurs prédécesseurs, des missions express de moins d’une semaine sur place relèvent du survol technocratique qui vient se fracasser sur des réalités locales peu amènes.

Pour s’en tenir aux urgences de l’après-Fiona, le retard s’accumule, pour le démarrage des travaux, pour la réparation provisoire majeure qui va durer 6 semaines en débutant les premiers jours de novembre.

Ainsi d’une usine de production d’AEP qui surproduit 100 M3/Heure qu’elle rejette, les techniciens n’arrivant pas à basculer sur l’autre réseau. Un simple problème de vannes toujours pas réglé un mois après la tempête...

C’est une étrange stratégie conduite par les diverses parties prenantes au dossier qui émerge.

Le Conseil régional, qui ne connait rien, à l’eau potable, encore moins à l’assainissement ; se laisse conduire par une ingénieure, embauchée en qualité de chef du service de l’eau, en provenance du bureau d’étude technique Suez Ingénierie, sous les ordres d’un directeur de l’eau qui n’y connait rien non plus, quoique titulaire d’un doctorat de physique.

Elle ne connait rien au CGCT, a fait un détachement au SMGEAG, en même temps que l’ex-Directeur de l’eau de la Préfecture, qui vient d’être détaché à la DEAL pour superviser la police de l’eau et l’environnement.

Il est pour sa part camarade de promo du nouveau directeur de la filiale de Suez : Karuker’ô, entreprise titulaire d’un contrat de DSP octroyé cette fois par le Département, pour gérer « l’eau agricole », dont seuls 17% des volumes produits sont effectivement utilisés par des agriculteurs. Le reste alimente les villes qui ont quitté le syndicat failli, et leur permet de produire leur propre eau potable, concurrençant ainsi le syndicat….

Le nouveau directeur Etudes et Travaux du SMGEAG vient de Suez Ingénierie. Le nouveau DGS adjoint du SMGEAG est un protégé de l’homme de la Préfecture, aujourd’hui DEAL, qui semble avoir l’oreille du préfet Rochatte qui ne connaît rien à l’eau…

L’impasse financière

Nonobstant, il semble se dégager un besoin public d’acceptation par le SMGEAG du monitoring opérationnel et financier de la CDC, en partenariat avec les collectivités majeures et l’État. qui accepterait de conserver le personnel.

Reste que le Budget prévisionnel 2022 chiffrait la perte d’exploitation à 55 millions d’euros, et que si l’on poursuit sur la même trajectoire, celle-ci serait de 88 millions à fin 2023, s’ajoutant à l’exercice 2022.

Avec des anomalies telles que l’absence d’amortissement d’actifs transférés à titre gratuit, à compter du 1° septembre 2022, la non prise en compte des dettes financières afférentes à ces actifs, sans état des lieux, vétustés, conformités aux normes, parasismiques, cycloniques, etc.

A quoi il faut ajouter les pertes de l’ancien syndicat, le SIAEAG, qui présentait des comptes avec 152 millions à recouvrer, estimés par Ernst and Young, alors que la sincérité desdits comptes est plus que douteuse. A quoi il faut ajouter les créances croisées entre opérateurs, hors dettes titrées, les agences comptables n’ayant pas de titres HELIOS, ordonnateurs alors que les espérances de recouvrement sont évaluées à 35 millions…

Les liquidations ne sont pas encore prononcées, etc.

L’Etat va se résoudre à un nouveau coup de pouce financier, avec de grosses garanties, et confier l’assistance à Suez, car les compétences locales ne sont pas au niveau.

Mais l’actuel syndicat n’est qu’une PME de 150 millions de chiffre d’affaires à restructurer, sans plus. Mais avec 2 milliards d’investissements à effectuer à minima. Il faut de la compétence effective pas des tchockeurs...

Or le fameux Monitoring va être divisé en deux parties, l’une financière, la BT et les CR et CD, une autre pour l’assistance technique, regroupant les mêmes.

C’est Espelia qui est finalement attributaire d’une partie du monitoring du SMGEAG. Son chef de projet local, une ingénieure, est une ancienne de l’Office de l’Eau de Guadeloupe, passée après par la commune de Morne à l’Eau, dont le maire est président de la CANGT, membre du SMGEAG, homme lige du président Chalus.

Bon courage. Les cadres du SMGEAG (qui ont eu la peau de trois DGS en un an), ne vont pass lui faire la partie belle...

Le SMGEAG est aujourd’hui un immense foutoir, incapable de préfigurer les travaux à sa charge, qui seront confiés au Conseil régional, qui démarreront au début novembre avec une section provisoire où le DN 700 recevra une plaque pleine avec 2 DN 200 en PEHD, pour un débit de 400 M3/H. Quid de la pression ?

Pendant ce temps-là des cantines scolaires et des cuisines centrales, dont celle du président du Conseil régional, ferment, car l’eau distribuée est impropre à la consommation. L’ARS fait profil bas.

Enfin, cerise sur le gâteau, des personnels ayant quitté le syndicat en rupture conventionnelle, dénoncent la non conformité des documents transmis à l’assurance chômage par le syndicat, ce qui les prive de leurs droits…

PDF - 145 ko
Le tract du syndicat CGTG -.

Lire aussi :

- Guadeloupe, le syndicat de l’eau placé sous tutelle

https://www.blast-info.fr/articles/...

Thierry Gadault et Marc Laimé, Blast, 10 octobre 2022.

https://www.blast-info.fr/articles/...

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!