Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Grève du lait : une pollution égale à celle des eaux usées produites par plusieurs millions d’habitants…
par Marc Laimé, 30 septembre 2009

Les images étaient spectaculaires, la colère des producteurs a mobilisé tous les medias des jours durant. Aucune voix ne s’est élevée pour s’inquiéter de la pollution massive de l’environnement et des milieux aquatiques qui en a découlé.

Plusieurs millions de litres de lait ont été épandus dans la seule journée du vendredi 18 septembre 2009 dans l’Ouest de la France et ailleurs par les producteurs en grève qui avaient promis une "journée blanche", tandis que le ministre de l’Agriculture M. Bruno Le Maire « multipliait les contacts pour apaiser leur colère », rapportait le quotidien Le Parisien du 18 septembre 2009.

« Près du Mont Saint-Michel (Manche), les tracteurs étaient de 250 (selon les gendarmes) à 300 (selon les organisateurs), et ont épandu "de 1 à 2 millions de litres" (gendarmes), plus de 3 millions (organisateurs).

L’épandage a eu lieu au lieu-dit Ardevon, près de la commune de Tanis. Dans le Pas-de-Calais, des éleveurs ont déversé près d’un million de litres de lait dans un champ à Desvres, près de Boulogne-sur-Mer. Dans le Gers, 17 tonnes de lait ont été épandues par quelque 80 producteurs, dans un champ près d’une usine Danone située à Villecomtal, selon une source syndicale. D’autres épandages massifs ont eu lieu notamment dans le Finistère et en Loire-Atlantique. »

Epandage

Nul ne sait en vérité combien de millions de litres de lait les producteurs en colère ont rejeté en une seule journée dans l’environnement.

Et nul ne s’est davantage inquiété de l’impact sur les milieux naturels d’une pollution équivalente à celle des eaux usées d’une ville de plusieurs millions d’habitants…

Car un million de litres de lait équivalent à 110 000 kilos de DBO5 en une seule journée…

Ce qui correspond, avec 60 grammes de DBO5 par jour et par personne, soit la valeur conventionnelle d’un « équivalent-habitant » (EH), aux rejets bruts d’eaux usées d’une ville de 1,8 millions d’habitants…

Un million multipliés par 4, 5, 6, 7…, la grève du lait et ses épandages massifs aura représenté, au bas mot, l’équivalent de la pollution des eaux usées que produisent tous les habitants de l’agglomération parisienne…

Bon, heureusement les nouveaux arrêtés ANC, désespérément attendus, sont en passe d’être publiés au JO... Fini de rire avec les "pollutions diffuses" du puisard enterré dans le jardin !

Et fort heureusement aussi, Mme Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, nous rassurait, à l’occasion d’une visite des chantiers de Seine aval le lundi 28 septembre 2009, déclarant que « Nous sommes en passe de gagner la bataille de l’assainissement. »

Il est vrai qu’on nous opposera que les "grands medias" se dévouent à de plus nobles causes.

N’empêche...

(Remerciement à Sébastien Haentiens)

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!