Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Goût de l’eau : un sondage d’Eau de Paris, repris par Metro, qui raconte n’importe quoi…
par Marc Laimé, 20 juin 2007

A force on devrait s’y accoutumer. Dès que se déclenche une opération de com censée vanter les mérites (incomparables) de l’eau du robinet, un invraisemblable déluge de bêtises, d’approximations et de contre-vérités nous emporte dans son flot furieux. Bon, avec l’eau en bouteilles c’est pire, mais ce n’est pas une raison !

Voyons un peu. Cette fois c’est le quotidien « gratuit » Metro, distribué dans toutes les stations « éponymes » comme dirait Le Monde, qui s’y met aujourd’hui.

Ca commence très fort, dès le titre :

« L’eau du robinet snobée – 83% des Parisiens la consomment mais la critiquent. »

C’est bien la peine d’avoir payé les yeux de la tête un sondage qu’on refile (gratos) aux journaux (du même tonneau), pour se faire avoiner d’entrée ! Bon, c’est pas mon métier, m’enfin si j’étais capitaine d’industrie (de l’eau) et que je devais faire l’article pour ma camelote, j’essaierais au moins de rentabiliser les milliards d’euros que m’a coûté le sondage ! Raté !

« 40% des Parisiens apprécient le plus dans l’eau du robinet son côté pratique, et 36,5% sont coût, un des plus bas parmi les grandes villes de France. »

Ils collaient des affiches pour l’huluberlu en roller qui voulait se faire élire dans le 12ème les sondeurs, au lieu de faire leur sondage, ou quoi ?

Car là ce que je retiens d’emblée, du coup, c’est que 60% des Parisiens n’apprécient pas son côté pratique, et que 73,5% la trouvent trop chère, çà commence bien !

« Mauvais goût, mauvaise odeur, mauvaise qualité… Quand on demande aux Parisiens pourquoi ils ne consomment pas l’eau du robinet, les raisons invoquées sont souvent les mêmes. »

Ah, çà c’est notre ami Papillaud de chez Cristaline qui va sabler le champagne ! Ah que l’eau du robinet elle a donc mauvais goût, mauvaise odeur et elle est de mauvaise qualité… Ca c’est de la com, coco !

"Et les idées reçues sont nombreuses, comme en témoigne l’enquête menée par Eau de Paris en mars-avril 2007 auprès de 1115 personnes".

Ah, bon, mais c’était donc des idées reçues, ne nous emballons pas…

"Ainsi, plus de 90% des Parisiens se déclarent satisfaits de l’eau du robinet qu’ils consomment prioritairement pour son goût (42,6%), son aspect pratique (36,3%) et son coût (16,3%)".

Euh, des fois nos brillants sondeurs, ils auraient pas un peu oublié en route… qu’on boit d’abord parcequ’on a soif !

C’est maintenant que ça va vraiment se gâter :

"48% des Parisiens boivent à la fois de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille, 36% ne boivent que celle du robinet, 16% ne consomment que de l’eau en bouteille (principalement les personnes âgées, les femmes et les nourrissons) et 1% ne boit aucune des deux".

Là ce n’est pas possible, c’est du sabotage ! Ils ont été les chercher où, les 1% qui ne boivent jamais, ni de l’eau du robinet, ni de l’eau en bouteille ?

Vite qu’on me les amène, Eaux glacées tient le scoop du siècle : Voici les Parisiens qui ne boivent jamais d’eau !

Passe encore que les aficionados du rollerman aient rempli leurs questionnaires n’importe comment on veut bien l’admettre, encore des pauvres malheureux, et reuses, payés au lance-pierre à remplir des formulaires à la c..

Mais qu’au moment de rendre public un sondage, on laisse transparaître que 1% des Parisiens ne boivent JAMAIS d’eau, là il fallait oser ☺

"En cas de régime, de fête ou de réception chez soi, les personnes interrogées préfèrent l’eau en bouteille. Selon elles, “ça fait mieux”..."

C’est bien la peine qu’Eau de Paris ait fait confectionner par un designer chic et choc 500 milliards de carafes que vous trouverez en vente dans 40 000 lieux chics de la capitale !

"Pourtant, 95% des Parisiens sont satisfaits de l’eau pour préparer les repas, plus que pour la douche et le bain (89%) et le ménage ou la lessive (88%)".

Là, si l’on en croit ce qui précède, que l’eau elle est dégueu, c’est pas moi qui le dit, c’est le sondage, les Parisiens sont tout de même futés.

Bon d’accord, elle est dégueu, mais quand on la fait bouillir, passez muscade, on ne sent plus rien. On se sent fier, d’un coup (d’être Parigot)…

Ici j’émettrai tout de même une petite critique : pourquoi nos sondeurs n’ont-ils pas demandé aux insatisfaits pour la douche et le bain, le ménage et la lessive, s’ils utilisaient pour ce faire de l’eau en bouteille ? On aurait enfin compris pourquoi il s’en vend tant ! Encore un scoop raté !

“1% de notre production est dédiée à la consommation, le reste va à l’hygiène, au ménage, aux toilettes… Quel que soit l’usage, l’exigence est la même, mais le travail de pédagogie est plus tourné vers la consommation”, explique Anne Le Strat, PDG d’Eau de Paris".

Anne ma sœur Anne , sur ce coup là faut revoir vite fait la pédagogie, là y a de l’eau dans le gaz ☺

 Bon, ce n’est pas fini :

"Parmi les insatisfaits, 41,8% lui reprochent son goût et la présence de calcaire (13,8%)".

Bande d’ingrats, jamais contents ! Après tout ce qu’on fait pour eux !

“Le goût des eaux de Paris est différent selon leurs origines, car nous avons plusieurs sources, mais il n’est jamais mauvais".

Là c’est l’apothéose, depuis le début de la relation du plan com dans Metro de ce jour, on nous raconte qu’elle est degueu ! Et notre sœur Anne d’embrayer tranquillement « qu’elle n’est jamais mauvaise »…

(Si vous arrivez à suivre, je vous paie une San Pellegrino (essai de pub clandestine, on ne sait jamais, ça va peut-être marcher ?)

"Le vrai problème, c’est les tuyauteries. Il faut que les syndics et les propriétaires fassent les contrôles nécessaires".

Ah bon, et nos amis de Veolia et de Suez, s’ils avaient changé les tuyaux, ça serait pas un peu plus mieux ?

"Nous avons mis en place une équipe de prélèvement qui peut se déplacer au domicile du plaignant”, poursuit Anne Le Strat".

Hum, je ne suis pas sur que je vais les inviter, des fois qu’ils trouvent quelque chose, barré comme c’est, je vais me retrouver sur la paille ! A tous les coups ils vont aussi me proposer le WIKI et le systême d’alarme pour les seniors :-)

"Selon Eau de Paris, une chose reste cependant à améliorer : le goût du chlore. “Le chlore est nécessaire car il détruit les bactéries. Mais nous devons trouver un moyen pour qu’il soit moins perceptible au goût”, poursuit Anne Le Strat".

Non, pitié, pas le chlore ! Là, la campagne de com, déjà qu’elle était mal en point, ça va se transformer en kyrielle de procès pour mise en danger de la vie d’autrui !

Voyez plutôt l’évaluation des risques sanitaires liés aux sous-produits de la chloration de l’eau potable que vient de publier le 31 mai 2007 l’Institut de veille sanitaire, à la demande de la Direction générale de la santé…

Et ce n’est pas parce que l’Institut de veille sanitaire nous raconte que les risques apparaissent trop faibles pour être observables par un systême de surveillance épidémiologique que ça va me rassurer…

L’admirable article de Metro (et le sondage funeste) touchent à leur fin.

"Le chiffre : 2,69 euros. C’est le prix de l’eau au m3 à Paris. Elle est entre 50 et 600 fois moins chère que l’eau en bouteille, suivant les marques".

Encore heureux !

J’espère pour finir que les équipes de « goûteurs d’eau » qu’a mobilisé Eau de Paris depuis quelques mois ne lisent pas Metro…

* Tout s’explique !

« Menée par la société Cegma-topo auprès de 1.000 habitants de Paris, l’enquête a été complétée par une enquête réalisée auprès d’un groupe de consommateurs témoins en place depuis mars 2006, et par une enquête auprès des salariés d’Eau de Paris.
 »

Pas étonnant qu’ils s’emmêlent les pinceaux…

Bon, histoire de vous remettre de vos émotions, pourquoi ne pas aller piquer une tête dans la Seine ?

Au point où nous en sommes…

impression

commentaires

1 Au sujet de ceux qui ne boivent jamais d’eau...

Je ne veux pas te casser ta baraque, mais je connais effectivement des gens qui ne consomment pas d’eau. Jamais. Pinard, bière, wisky... même un jus de fruit ou du soda, c’est vraiment en cas de grosse soif caniculaire... encore qu’un rosé frais ou une bière semble généralement les satisfaire dans ces situations critiques.
Pas spécialement des pochtrons. Des gens qui ont eu un métier et une carrière.
Personnellement, je ne pourrais pas...

Sinon, notre flotte est trop chargée en pesticides pour qu’on s’amuse à la boire...

poste par Agnès - 2007-06-20@15:41 - Répondre à ce message
2 Enquête EAU DE PARIS, mode d’emploi…

Bonjour Frère Marc,

Lectrice régulière, depuis de sa création, de ce blog dont j’ai régulièrement apprécié la pertinence des commentaires, j’ai été très surprise de la teneur de ton propos sur l’enquête réalisée par EAU DE PARIS pour connaître la perception qu’ont les Parisiens de l’eau du robinet.

Faire autant de remarques sur un sondage à travers l’unique prisme d’un article de Métro, journal dont je ne remets pas en cause la qualité rédactionnelle, me pose question. Je reconnais bien volontiers que le choix du titre de l’article est en décalage complet avec son contenu et les résultats de l’enquête de satisfaction que nous avons mené.

J’avoue ne pas comprendre les critiques et le ton ironique employé surtout quand il s’accompagne de nombreuses approximations contenues dans ton commentaire « bloguesque ».

Est-ce si inconvenant pour une société chargée de la production d’eau et garante de sa qualité de demander aux Parisiens ce qu’ils pensent de l’eau et qu’ils consomment pour leurs divers usagers domestiques quotidiens ?

Depuis mars 2006, EAU DE PARIS développe un groupe de consommateurs témoins afin de créer un dialogue permanent avec l’usager du service public de l’eau, sur la qualité de l’eau. C’est dans le même esprit qu’elle a demandé une enquête à un institut de sondage sur la perception de la qualité de l’eau auprès d’un échantillon représentatif d’un millier de Parisiens et par une enquête miroir auprès des salariés d’EAU DE PARIS afin de connaître en interne la perception des salariés sur les attentes des Parisiens, s’inscrivant ainsi dans une démarche d’amélioration du service rendu à l’usager.

Les principaux enseignements à tirer de ce sondage ne sont pas si compliqués à comprendre. En résumé :

+ de 90% des Parisiens se déclarent satisfaits de l’eau du robinet, et globalement, ont confiance dans l’eau du robinet à Paris,

83% des Parisiens déclarent consommer majoritairement l’eau du robinet,

36% consomment uniquement l’eau du robinet, comparé à seulement 17% qui n’en consomment pas,

48% consomment de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille,

Même si les deux principaux motifs d’insatisfaction restent encore le goût (21,8%) et la présence de calcaire (13,8%), les Parisiens consomment paradoxalement l’eau du robinet prioritairement pour son goût (42,6%), son aspect pratique (36,3%) et son coût (16,3%).

Et effectivement, une part minime de cette population (1%) ne consomme jamais d’eau, préférant sodas, alcools ou café ou thé. Cette donnée est confirmée par d’autres enquêtes.

C’est un peu facile de jouer avec les chiffres des sondages en les retournant, en leur faisant dire le contraire pour essayer de corroborer ta démonstration dont d’ailleurs je n’ai saisi ni les tenants ni les aboutissants.

Sans prétendre à l’exhaustivité, les résultats obtenus ont permis de mettre en évidence les différentes perceptions que les Parisiens ont de l’eau du robinet et d’identifier leurs préoccupations principales quant à leur consommation. Ces enseignements nous sont précieux pour optimiser le service public de l’eau à Paris et répondre aux attentes des usagers consommateurs.

La qualité de réseau intérieur des immeubles peut être un élément de dégradation de la qualité de l’eau. Tu n’es pas sans savoir que les réseaux constituent une boite noire sur laquelle nous n’avons pas de maîtrise directe. C’est une des raisons d’être du groupe consommateurs témoins.

Les canalisations des immeubles ne relèvent pas de la responsabilité des distributeurs privés. C’est là le sens de mes propos retranscrits par la journaliste et que tu sembles ne pas comprendre ! Ce n’est pas incompatible avec le fait de critiquer par ailleurs le renouvellement des conduites du réseau de distribution, par les deux opérateurs privés chargés de la distribution sur chacune des rives de la Seine…

Enfin, je maintiens que la question du chlore doit être posée. Pour l’instant, nous n’avons pas d’alternative à la chloration de l’eau pour garantir sa qualité jusqu’au robinet. Pour autant, nous réfléchissons, comme d’autres villes en France et à l’étranger, au mode de chloration de l’eau dans le processus de production et de distribution afin de diminuer les désagréments causés par l’odeur de chlore dans l’eau.

Quant à ses impacts sanitaires, peut-être, Marc, en sais-tu plus long que les scientifiques qui ont travaillé sur la question, alors fais-nous profiter de ton savoir… Pour ma part, je n’ai jamais pensé qu’alimenter la suspicion était une bonne stratégie, sauf à donner des arguments aux minéraliers, qui n’en n’ont pas besoin !

Merci de m’avoir lu, je souhaitais apporter des éléments de rectification et je reste bien entendu ouverte au débat.

L’ensemble des résultats des enquêtes sont disponibles sur demande si tu le souhaites.

Cordialement

Anne Le Strat
Présidente EAU DE PARIS

poste par Anne Le Strat - 2007-06-29@13:30 - Répondre à ce message
3 Enquête EAU DE PARIS, mode d’emploi…

Anne bonjour,

Qui trop embrasse mal étreint ! Bon, c’était facile, mais à qui la faute ? Loin de moi de remettre en cause l’action difficile d’Eau de Paris, dans un environnement complexe (hostile ?). Ce n’est pas le propos. Sur le fond, qu’il s’agisse d’Eau de Paris ou de tout autre émetteur de message similaire, nous avons un vrai problème. L’usager n’y comprend rien, doute, s’inquiète, et on lui assène des vérités catégoriques à l’emporte-pièce. Au final il me semble que c’est contre-productif, notamment dans la mesure où c’est toujours l’institution qui assène un message verouillé, sous prétexte de sondage, d’enquête, de participation... A l’arrivée l’usager pense qu’on lui raconte des craques. C’est là où ça coince. Surtout quand se greffe là-dessus un plan com que par définition l’institution ne peut totalement contrôler, et qui se traduit par le samilgondis de Metro... Sur les conduites intérieures, OK, mais là on va ouvrir la boite de pandore proprio-bailleur-locataire, et c’est reparti genre individualisation des contrats :-) Bref, je ne vois pas ce que ça apporte à la cause (du peuple), qui regarde passer le sondage et n’en pense pas moins... Amts. Marc

poste par Marc Laimé - 2007-06-29@14:20 - Répondre à ce message
4 Enquête EAU DE PARIS, mode d’emploi…

Anne n’en finit plus d’interroger les consciences des parisiens sur le goût de l’eau, et pendant ce temps-là les salariés d’Eau de Paris s’interrogent sur leur avenir.
Cette semaine, elle déplorait que le "Parisien" ait dénombré 60 grévistes à Eau de Paris, mais elle, elle ne dénombre pas les consommateurs témoins contenus dans le groupe qui lui permet de créer un dialogue permanent avec l’usager du service public. Certainement pas plus que de grévistes avec lesquels elle n’a pas voulu dialoguer.

1000 personnes sondés pour 4 000 000 de consommateurs permettent d’écrire que 90% des parisiens sont satisfaits de l’eau (Boire ou être sondé, il faut choisir).
1% ne consomme jamais d’eau préférant le café ou le thé. Certainement pas équitable, car un café ou un thé sans eau, je l’ai lu mais pas bu... L’enquête miroir (aux alouettes certainement) auprès des salariés de EDP afin de connaître en interne la perception des salariés sur les attentes des parisiens... Non Anne, c’est la goutte de chlore qui fait déborder la carafe. Il ne faut pas prendre les salariés en otage de tes préoccupations politiques ou électives.
Le job, ils le font très bien, 24h/24h, sous la pression de la triple certification ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001, et sous la pression encore plus forte de la fin de contrat 2011, alors ils n’ont guère le temps de s’inquiéter des attentes des parisiens. Pour cela, tu as tout ton staff de com externe EDP, tes conseillers fraîchement recrutés aux prix de combien de bouteilles de Cr......ne, et alors que Bertrand continue sans vergogne à dégraisser (50 salariés de moins à EDP en 2007).

Anne, j’ai bien perçu dans ta réponse que ton esprit est ailleurs. "La Fabrique de l’eau", c’est moins marrant que "La Fabrique de l’autre gauche". Celle qui est à gauche du PS mais pas antilibérale, en association avec la Fondation Copernic, qui elle a pour devise : "Pour remettre à l’endroit tout ce que le libéralisme fait fonctionner à l’envers". Fichtre, c’est comme l’article de Metro sur le sondage, je ne comprends plus rien.

PS : Ecoutes "La Fabrique de l’histoire" sur France Culture (j’espère que tu leur as pas piqué le titre). Le thème : l’époque où Paris était la capitale du monde.
(Cela t’aurais plus cette époque. Pas de sondage, pas de vraix-faux chiffres que du vécu).

poste par DUROCASSE - 2007-06-30@18:51 - Répondre à ce message
5 Goût de l’eau : un sondage d’Eau de Paris, repris par Metro, qui raconte n’importe quoi…

Bonjour ,

« Enfin, je maintiens que la question du chlore doit être posée. »

il serait bon oui .....

« Quant à ses impacts sanitaires, peut-être, Marc, en sais-tu plus long que les scientifiques qui ont travaillé sur la question, alors fais-nous profiter de ton savoir… Pour ma part, je n’ai jamais pensé qu’alimenter la suspicion était une bonne stratégie, sauf à donner des arguments aux minéraliers, qui n’en n’ont pas besoin ! »

pourrions-nous savoir quels sont ces "scientifiques" qui "ont travaillé sur la question" , et surtout pour le compte de qui et financés par qui ... ???

et tel Marc Laimé le souligne à juste titre , ce n’est pas parceque l’INVS "considère" que le risque n’est pas observable qu’il n’existe pas ....

auriez-vous si vite oublié que le chlore est un "biocide" , qu’il se trouve que l’on ingère ce biocide en buvant l’eau chlorée , et qu’il est encore mieux assimilé par l’organisme par l’intermédiaire de la peau !!! .. (douche , bain ), qu’il affecte déjà le système immunitaire dès le plus jeune âge (nourrissons , dont leur peau est encore plus sensible et perméable )

mais sûrement que "vos" scientifiques n’ont pas "observé" cela sous cet aspect là ??

d’autres oui !!

Ciao bonsoir ..

poste par ix - 2007-07-1@10:29 - Répondre à ce message
6 Goût de l’eau : un sondage d’Eau de Paris, repris par Metro, qui raconte n’importe quoi…

L’article et/ou le le sondage , je m’en fou un peu. Je trouve que mon eau du robinet dans le 15° ardt est depuis 2 mois, absolument imbuvable. Et puisque le gout a changé (gout d’oeuf, d’amoniaque) j’aimerais trouver sur le site de la mairie de paris une explication à ce changement. Malhereusement, on ne peut voir sur ce site mal ficheux aucun contact pour des inquiétudes, des alertes.. bref de la pure com à l’ancienne : completement inutile
cdt philippe

poste par leric - 2008-03-16@19:40 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!