Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea
par Marc Laimé, 17 février 2009

Eau de Paris a annoncé la signature le 3 février 2009 des statuts « d’Aqua Publica Europea », association européenne destinée à regrouper les opérateurs publics européens des services d’eau et d’assainissement.

Une vingtaine d’entreprises publiques européennes de l’eau et de l’assainissement s’étaient réunies le 18 mars 2008 à la Maison de l’eau à Paris pour porter sur les fonts baptismaux le premier réseau européen qui prône la gestion publique des services d’eau et d’assainissement.

Ce réseau regroupe désormais formellement 7 opérateurs, représentant 4 pays : Eau de Paris et le Syndicat des eaux et de l’assainissement du Bas-Rhin (SDEA), pour la France, la société des eaux de Bruxelles, Vivaqua et l’association des eaux de Bruxelles, Aqua Bru, pour la Belgique, les sociétés d’eau de Milan, Amiacque et Cap Holding, pour l’Italie les Services Industriels Genevois (SIG), pour la Suisse.

Les premiers membres fondateurs ont paraphé les statuts de cette association internationale de droit belge à Bruxelles le 3 février 2009. Anne Le Strat, Présidente d’Eau de Paris est devenue administratrice de la nouvelle structure.

Aqua Publica Europea se propose de rassembler les opérateurs publics des services d’eau et d’assainissement au niveau de l’Europe pour la promotion le développement de la gestion publique de l’eau.

L’objectif est aussi de représenter les entreprises publiques de l’eau auprès des instances européennes.

Enfin, il s’agit de valoriser la performance de la gestion publique, par la mutualisation, l’échange de bonnes pratiques, techniques, de gestion et de management des services d’eau et la mise en œuvre d’actions communes.

La prochaine réunion de travail se tiendra à Paris dans le courant du mois de mars 2009.

L’Assemblée générale et le premier conseil d’administration auront lieu à Genève au mois de mai prochain.

impression

commentaires

1 Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea

Je ne vois pas bien ce que Anne Le Strat vient faire là. Paris est soi-disant passé en "régie publique", mais il ne faut pas nous faire croire que c’est une régie directe ! Rien n’empêche Eau de Paris de faire appel au privé autant que nécessaire ! Plutôt que de mettre en avant un simulacre de régie directe, pourquoi ne pas être pragmatique, reconnaître que le public ne peut pas gérer l’eau et investir dans la recherche et au contraire se demander comment garantir les conditions d’une VRAIE concurrence dans l’intérêt des usagers ? Il ne faut pas se tromper de bataille, ou bien dites plus clairement que ce que vous défendez, ce n’est pas l’intérêt des usagers.

poste par JP - 2009-02-17@15:55 - Répondre à ce message
2 Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea

Monsieur, on peut être en régie directe et sous-traiter des tâches spécifiques au privé, cela n’a rien d’incongru. Par ailleurs, la concurrence n’existe pas dans l’eau, il n’y a concurrence que pour des marchés captifs et exclusifs dans ce secteur. Dire que "le public ne peut pas gérer l’eau" alors que 85-90% des services d’eau au monde sont publics, il faut le faire...

poste par Sueolia - 2009-02-18@02:22 - Répondre à ce message
3 Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea

Cette initiative est bien mal partie : Plus d’une 20aine pour acclamer le principe et le jour de la signature ils ne sont déjà plus que 7 et ne repésentent que 4 pays. Les autres se sont-ils déjà rendus compte de l’ampleur de leurs ambitions notamment en recherche ....

poste par alex - 2009-02-19@20:27 - Répondre à ce message
4 Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea

A voir ce que donne cette initiative.

Les commentaires précédents soulèvent un point intéressant, l’effort en R&D. En ces temps de désengagement de l’état, qui fera la recherche nécessaire face aux différents enjeux du domaine de l’eau ?

Le premier débat peut déjà concerner la pertinence d’unifier entreprises qui font un job d’exploitation et labos de recherche : qu’est ce qui nous garantit que des travaux impliquant par exemple une baisse des marges ne seraient pas "passés à l’as" ?

Le CEMAGREF ou l’IMFS, dont cela aurait du être le rôle depuis des années, en particulier sur l’usure des réseaux et leur gestion patrimoniale, le traitement des substances médicamenteuses et autres perturbateurs endocriniens, sont ils suffisamment utilisés ?

Se tournerait on vers des entreprises qui mettraient au point un procédé et vendraient par la suite une prestation intellectuelle ou de constructions d’ouvrages clé en main ?

poste par Feup - 2009-02-20@09:27 - Répondre à ce message
5 Gestion publique (5) : l’envol d’Aqua Publica Europea

Je suis d’accord avec JP Le Strat reconnait qu’elle galère pour monter la régie parisienne alors qu’est ce qu’elle va faire dans ce truc ?

poste par Basile - 2009-02-20@16:32 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!