Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Fièvre catarrhale ovine : agriculteurs, vétérinaires et consommateurs, organisés en collectifs, refusent la vaccination obligatoire
par Marc Laimé, 28 décembre 2009

Un peu partout en France, des agriculteurs (bio notamment) refusent cette vaccination. Ils prennent de gros risques pour assurer la qualité de notre alimentation et de notre environnement. Organisés en collectifs départementaux, ils sont soutenus par des vétérinaires et des scientifiques, par la Confédération Paysanne et par la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB).

Le gouvernement veut imposer la vaccination du bétail contre la FCO, maladie non transmissible à l’homme et contre laquelle les animaux développent une immunité naturelle. Coût de la campagne de vaccination : 98 millions d’euros de fonds publics (décidément, après la grippe A, l’industrie pharmaceutique est gâtée en ce moment !).

Les agriculteurs qui refusent sont menacés d’amendes importantes qui les pousseraient à la faillite, voire d’abattage des troupeaux ! Ils ont besoin de votre soutien de toute urgence car ces menaces pourraient être mises à exécution à partir du 1er janvier 2010.

Qu’est-ce que la FCO ?

Petit cadeau de la mondialisation, la Fièvre catarrhale ovine (FCO) vient d’Afrique du Sud. Transmise par les moucherons, cette maladie virale n’affecte pas l’homme et ne présente aucun risque ni pour la population ni pour le consommateur (dixit le ministère de l’Agriculture lui-même). Elle ne touche que les ruminants et particulièrement les ovins (moutons). Les animaux qui développent la maladie présentent différents symptômes pouvant aller jusqu’à la mort.

Pourquoi refuser la vaccination ?

Parce que ces vaccins contiennent des adjuvants très agressifs et allergisants tels que l’hydroxyde d’aluminium et les sels de mercure. Que l’immunité qu’ils confèrent n’est que de 6 à 12 mois et n’empêche pas la transmission de la maladie. Que leur efficacité est remise en cause par de nombreux vétérinaires et scientifiques. Que les animaux développent une immunité naturelle qui dure toute la vie.

Quelle alternative ?

Réserver les campagnes nationales de vaccination aux maladies réellement dangereuses et pour lesquelles cette stratégie est utile et efficace. Utiliser cet argent (98 millions d’euros ! et dire que "les caisses sont vides"...) pour financer la recherche autour de l’immunité naturelle et des conditions d’élevage, alors que l’écrasante majorité des budgets de la recherche est aujourd’hui consacrée à une agriculture intensive et industrielle, utilisant massivement des intrants chimiques de toutes sortes.

Pour en savoir plus :

- GIE Zone Verte (collectif de vétérinaires)

- Coordination nationale des collectifs FCO contre l’obligation de vacciner

- Groupement de défense des refuseurs aux obligations FCO

- Coopérative Atanka

impression

commentaires

1 Fièvre catarrhale ovine : agriculteurs, vétérinaires et consommateurs, organisés en collectifs, refusent la vaccination obligatoire

Et pour signer la pétition de soutien, c’est par ici...

www.atanka.com/actions/fco-signature.aspx

Merci !

poste par Mouton Noir - 2009-12-28@18:30 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!