Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FIGURES
FILM : La Ligne de partage des eaux, par Julie Ho Hoa
par Marc Laimé, 21 avril 2014

Il y a une ligne que l’on segmente et qui pourtant relie tout, le paysage, les hommes, la vie. Cette ligne, c’est la ligne de partage des eaux. Le réalisateur Dominique Marchais en a fait émerger la dimension politique. Il était présent lundi 14 avril 2014 à Guéret, au Sénéchal, pour l’avant-première de son film, « La Ligne de partage des eaux », tourné notamment en Creuse.

Entretien avec le réalisateur, par Julie Ho Hoa, La Montagne, édition de Guéret, 18 avril 2014 :

« - La Creuse vous a de nouveau inspiré pour tourner votre nouveau film « La Ligne de partage des eaux ».

- Une bonne part du film a été tournée dans le Limousin, en Creuse, notamment à Faux-la-Montagne mais pas seulement, du côté de Bourganeuf aussi, de Guéret. En fait, le périmètre du film, c’est le bassin-versant de la Loire, la partie limousine, ce sont les sources de la Vienne. On descend ensuite la Vienne, on fait un petit bout avec la Creuse et puis c’est le confluent. La partie finale du film se passe en métropole nantaise, le long de l’estuaire.

- Ce documentaire s’ouvre sur l’image d’un puzzle, où le paysage, l’eau courante, sont segmentés par des lignes à l’emporte-pièce et pour autant nécessairement liés…

- Ces échelles de bassins versants, ce sont des endroits stratégiques, parce qu’on est sur des échelles géographiques qui dépassent les échelles administratives habituelles. Dans les comités de bassin, on a des gens qui viennent de départements différents, de communes différentes et qui se réunissent autour de cet objet commun qui irrigue et traverse leur territoire.

Ligne

- « Il y a une richesse dans la vie politique locale qui porte des questions cruciales »

- Le bassin-versant, c’est vraiment, pour moi, l’échelle territoriale très logique, celle qui met en évidence l’interconnexion des lieux et leur nécessaire solidarité. Quand on arrive à Nantes à la fin du film, on essaie de se souvenir que Nantes a des responsabilités envers toutes les régions environnantes. Chacun a sa part de responsabilité, en aval comme en amont (…) »

Lire la suite de l’entretien réalisé par Julie Ho Hoa, publié le 18 avril 2014 sur le site de La Montagne, édition de Guéret.

Lire aussi :

"Comment retisser le territoire français sans être inféodé à la croissance"

Entretien avec Dominique Marchais

Dominique Desfilhes, Reporterre, 23 avril 2014.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!