Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Eau : ressources, usages, territoires et pouvoir…
par Marc Laimé, 14 octobre 2010

Peut-on encore parler des enjeux de l’eau avec intelligence, ou sommes-nous définitivement condamnés aux discours « low-cost » à base de surenchères démagogiques, qui ne visent qu’à défendre les misérables fonds de commerce électoraux des nouveaux gourous qui se multiplient dans la période ? Quelques pistes de réflexion pour celles et ceux qui n’acceptent pas le triomphe du populisme obscurantiste.

Chargé de recherche au CNRS Stéphane Ghiotti travaille sur l’analyse des rapports sociaux et politiques par rapport à la gestion de l’eau et leur lien avec les questions de développement et d’aménagement du territoire. Dans un remarquable entretien, « L’eau est un facteur de pouvoir politique en Languedoc Roussillon », publié le 22 juin 2010 par le tout aussi remarquable Montpellier Journal, revenant sur le Pôle de compétitivité « Eau » récemment créé dans le Languedoc, l’alimentation en eau potable de Montpellier, la place des entreprises privées ou le projet « Aqua domitia » il éclaire comment l’eau peut-être un moyen, pour un homme politique, de se maintenir au pouvoir et de mener à bien ses projets.

Aquadomitia

La France, la ressource en eau : usages, fonctions et enjeux territoriaux

Dans un registre voisin on découvrira de même avec intérêt un document accessible via le site du CRIRAD, qui approfondit des enjeux par trop souvent occultés dans le débat public contemporain…

« L’eau, ressource pour les sociétés, est un facteur essentiel de développement. Appuyée sur un état des lieux dynamique des multiples usages de l’eau et des interactions entre hydrologie et aménagements, cet ouvrage contribue à une meilleure compréhension de la gestion de la ressource en eau en France (acteurs, territoires, outils législatifs et économiques).

En effet, médiatisé lors des épisodes de sécheresses ou de pollutions, le sujet est popularisé mais souvent mal cerné. Gérer la ressource en eau renvoie à la manière d’organiser son exploitation mais aussi son partage et sa protection dans les milieux où elle s’écoule.

La gestion est étroitement dépendante du statut de l’eau et des droits d’usages, mais aussi de la place donnée à ce bien environnemental par les politiques d’aménagement et d’urbanisme.

L’ouvrage ne manque pas d’interroger la notion normative de gestion intégrée par bassin versant et en brosse un tableau plus complexe. Si la gestion intégrée est un principe de bonne gouvernance aujourd’hui reconnu, il se diffuse de façon variable et multiple au travers des territoires. La gestion intégrée coexiste ainsi bien souvent avec des pratiques sectorielles adossées à des filières économiques.

Ce livre témoigne des avancées récentes et des freins à la diffusion de ce modèle. Issu de la collaboration de géographes aux spécialisations complémentaires, cet ouvrage vise à une synthèse des enjeux socio-économiques et territoriaux posés par la gestion d’une ressource fragilisée.

Il s’adresse plus particulièrement aux enseignants et aux chercheurs, aux étudiants, ainsi qu’aux professionnels et décideurs exerçant dans les domaines de l’eau, de l’aménagement et de l’environnement et propose des clés de compréhension utiles à tout citoyen intéressé par les enjeux de valorisation et de protection de la ressource en eau. »

La Brèche : Dossier « Eau et pouvoirs »

On pourra poursuivre avec le remarquable dossier de 44 pages denses sur la question de l’eau et des pouvoirs paru dans le dernier numéro de la revue suisse La Brèche n°6-7 de juin 2010.

« Lorsque le terme eau apparaît dans la presse ces temps-ci, la crise est rarement loin derrière. » The Economist.

- 1. Problèmes de l’eau en Espagne, 23:33

L’eau est un enjeu social et politique ainsi qu’environnemental de première importance dans l’Etat espagnol, face aux conditions considérées comme défavorables, l’ensemble des gouvernements ont donné la priorité à de grands travaux d’infrastructure hydraulique. Sur la base d’une étude minutieuse de ces désastreuses politiques de l’eau des gouvernements successifs (franquiste, conservateur et socialiste) de l’Etat espagnol, l’auteur dessine les lignes de force d’une « nouvelle culture de l’eau » modèle qui intéresse les écologistes radicaux.
(José Manuel Naredo (68 ans, économiste, statisticien et historien de la statistique, docteur de l’Université Complutense Madrid) Sommaire article 1 :

Les nouveaux "seigneurs de l’eau"

Plus ça change, plus c’est la même chose.

Espoir d’une "nouvelle culture de l’eau"

Le mirage des nouveaux transvasements Nord-Sud

Le transvasement Jucar-Vinalopo

Le transvasement Tage-La Mancha

Gérer l’eau et non les grands travaux

Encadrés :

Les particularités hydriques de l’Espagne (J-M Naredo) ; Pour une nouvelle politique de l’eau (en Espagne) (A. Estevan et J-M Naredo) ; L’incendie annoncé (de la tourbière de Las Tablas de Daimiel, Guadiana, Espagne) (Ecologistas en Accion) ; La Chine face à des choix analogues (Kenneth Pomeranz) ; Les eaux de l’Himalaya, Inde ; Les eaux de l’Himalaya, Chine

- 2. Les obstacles à une gestion intégrée de l’eau et des écosystèmes, 34:46

En partant des spécificités hydrauliques de l’Espagne, J. M. Naredo éclaire les conflits à l’œuvre et définit les points forts de la construction d’une écologie et d’une économie politique de l’eau.
Entretien avec José Manuel Naredo

- 3. L’eau privatisée. L’eau, l’argent et le pouvoir, 47:64

La pénurie de l’eau ne relève pas d’un processus naturel, elle est socialement construite.
Erik Swyngedouw (géographe, Université de Manchester) Sommaire article 3 : L’eau et l’Etat L’eau, l’argent et la ville La "pénurie" d’eau socialement construite Comment s’est faite la dépossession ? La régulation de la dépossession Privatisation ne rime pas avec démocratie Eaux privées et eaux publiques Les transnationales de l’eau Le choix des bons morceaux Secteur public et secteur privé Echec de la privatisation L’imbroglio de l’eau urbaine Financiarisation ou subvention publique Financer les Objectifs du Millénaire du Développement Lutter contre la dépossession

Lire aussi :

La liste des travaux de JM Naredo

www.labreche.ch n°6-7 de juin 2010.

http://www.labreche.ch/lb/RevLB06.htm (sommaire)

En vente 6 Euros à la librairie parisienne La Brèche, 27 rue Taisne, 72012 Paris, M° Daumesnil

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!