Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Eau et agrocarburants : ça va pas le faire…
par Marc Laimé, 3 juillet 2007

Voilà qui ne va pas faire plaisir à la FNSEA, embarrasser les nouveaux convertis de l’écologie à tous crins, empoisonner Jean-Louis Borloo et NKM, bref foutre un souk durable… Pas mal pour un rapport enterré depuis un an, qui surgit fort opportunément en pleine préparation du fameux Grenelle, et pointe les impacts négatifs sur les ressources en eau qu’occasionnerait le développement massif des agrocarburants.

A ce rythme là l’été studieux de Jean-Louis Borloo et NKM, sans parler du sieur Barnier, s’annonce mal.

Une semaine après avoir appris que l’hydraulique française est au plus mal, selon un rapport de l’Inspection générale de l’environnement, un nouveau rapport de l’IGE et du Conseil général de l’agriculture, soigneusement enterré (on se demande bien pourquoi), alors que sa rédaction était achevée depuis un an, dresse un tableau des plus inquiétant de l’impact qu’aurait sur les ressources en eau le lancement du vaste plan « biocarburants » (*) …

Pour un peu on en redemanderait, et on espère que l’IGE a encore quelques bombes dans ses cartons, après que Mme Fabienne Keller ait par ailleurs dressé cette semaine un constat accablant de la politique de l’eau française. Ca promet.

Un an après sa rédaction, le Medad vient donc de mettre en ligne un rapport de l’Inspection générale de l’environnement (IGE) et du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux sur « la mise en œuvre du plan biocarburants au regard de la protection de la ressource en eau ».

Lancé en 2005 par M. Jean-Pierre Raffarin, le plan devait permettre à la France d’atteindre les objectifs européens d’incorporation de 5,75% de biocarburants à l’horizon 2010.

Plus ambitieux, son successeur, M. Dominique de Villepin assignait lui un objectif de 5,75% dès 2008, puis de 7% en 2010 et de 10% en 2015.

Sauf que pour l’IGE et le Conseil général de l’agriculture : « les objectifs du plan biocarburants sont, par nature, antinomiques avec les préoccupations en matière de protection de la qualité de l’eau, dès lors que le développement des cultures énergétiques passe par un accroissement des surfaces cultivées et une intensification des cultures. »

La seule solution qui permettrait de protéger les ressources en eau serait de substituer le colza alimentaire et des cultures plus polluantes que le colza par du colza énergétique.

« Mais il est douteux que cela suffise pour assurer la pleine réalisation des objectifs du plan », conclut le rapport.

Enfin, prendre en compte les problématiques environnementales signifierait avoir recours à des variétés rustiques et allonger le délai de retour sur le même sol, mesures qui ont pour effet une diminution du volume de biocarburant produit.

Bonjour les arbitrages…

(*) Eaux glacées, comme d’autres, milite fermement pour l’appellation d’agrocarburants, afin de ne pas adoucir par l’étiquette "bio" des productions, on le voit, loin d’être sans incidence sur l’environnement...

impression

commentaires

1 Eau et agrocarburants : ça va pas le faire…

Très intéressant !
Quelle aberration quand même cette histoire de biocarburants, alors qu’une mesure tellement plus efficace consisterait à interdire à la vente les véhicules consommant plus de 4 litres aux 100 kilomètres par exemple ; puis 3 litres, puis...
C’est à se demander s’il n’y a pas une histoire de corruption derrière tout ça...Encore une fois, le capitalisme fait preuve de sa totale inefficacité, notamment à cause :
- du pouvoir corrupteur de l’argent
- de la vision déformante de la matrice comptable, qui passe la réalité à sa moulinette qui n’attribue aucune valeur au vivant, aux vivants, à la vie, à moi, à toi, à la planète, à l’atmosphère,...
Regardez donc le documentaire intitulé "The Corporation" si vous n’avez pas clairement compris cette évidence centrale.

poste par X - 2007-07-3@13:49 - Répondre à ce message
2 Agrocarburants : l’illusion

Non seulement il faut choisir entre manger et conduire (en privant les plus pauvres de nourriture), mais le bilan des agrocarburants est médiocre et souvent négatif.

Lorsque l’on étudie la consommation de pétrole (carburants, engrais et autres produits pétrochimiques) utilisée pour produire l’équivalent en biocarburants, on constate qu’il faut, sur un hectare de culture, en tonne équivalent pétrole (tep) :
- huile de colza : 0,50 tep consommée pour produire 1,37 tep = 0,87 tep à l’hectare,
- huile de tournesol : 0,29 tep pour 1,06 tep = 0,77 tep / ha,
- éthanol de betterave : 3,22 tep pour 3,98 tep = 0,76 tep / ha.

Pour produire l’équivalent des 49 millions de tonnes de pétrole consommées par les seuls transports (sans compter les autres usages) il faudrait utiliser dans le meilleur des cas (huile de colza) 56.400.000 hectares (564.000 km2) soit plus que la superficie de la France et 3,6 fois la superficie des terres cultivées en France.

Lire : La fin progressive du pétrole

Bon à savoir aussi, à partir de 2008, la production mondiale de pétrole va décroître à un rythme de plus en plus important, le pétrole conventionnel facile à extraire comme le pétrole dont l’extraction est difficile et très coûteuse.

Selon une estimation raisonnable, nous aurions une production limitée à 80 % dans 12 ans et à 50 % dans 20 ans de celle d’aujourd’hui, car les réserves de pétrole ont été surestimées.

poste par Lullaby - 2007-07-9@23:45 - Répondre à ce message
3 Eau et agrocarburants : ça va pas le faire…

Bonsoir,

Info intéressante effectivement.
Auriez-vous un lien vers le rapport cité "la mise en œuvre du plan biocarburants au regard de la protection de la ressource en eau" ?

Le lien "mettre en ligne un rapport" = http://publications.ecologie.gouv.f... ne mène à rien de valable maintenant.

Merci d’avance.

poste par guiliguili - 2007-07-23@18:20 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!