Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Creuse : de la pénurie à la sécurisation des ressources en eau
par Marc Laimé, 1er septembre 2020

Julie Ho Hoa, journaliste du groupe Centre France, a publié en aout dernier dans le quotidien La Montagne une enquête en deux volets en tous points remarquable, dédiée à la question de la raréfaction des ressources en eau dans la Creuse, puis aux différentes stratégies de sécurisation qui pourraient être mises en œuvre dans les prochaines années. Une enquête à lire absolument.

- Longtemps surnommée le "château d’eau" de la France, quelles sont les ressources en eau réelles de la Creuse ?

« En Creuse, c’est le ciel qui fait rouler les rivières, gonfle les zones humides et fait couler les robinets. Blotti sur les contreforts du Massif Central, le département intercepte les nuages venus de l’Atlantique, ce qui, dans l’esprit de tous, en a fait une contrée bien arrosée. Mais la nature géologique du sol creusois l’empêche de se constituer une épargne hydrologique. C’est là sa fragilité, décuplée avec le réchauffement climatique. Sans pluie régulière, le pays vert et bleu pourrait vite tourner roussi, sans une goutte d’eau. »

https://www.lamontagne.fr/gueret-23...

- Sécheresse, biodiversité, dérèglement climatique : les zones humides de la Creuse pourraient bien être sa planche de salut « Elles sont aussi précieuses que fragiles, aussi indispensables que menacées. Les zones humides sont la partie immergée d’un iceberg qui fond comme neige au soleil : nos réserves d’eau en Creuse. Longtemps perçues à tort comme des zones ingrates et improductives, elles sont pourtant LA solution. Leur altération, raréfaction et disparition entraînent une cascade de conséquences écologiques mais aussi socio-économiques dont il est urgent de prendre conscience.

Marais, tourbières, prairies et landes humides, fondrières, roselières, bords de rivières, mares, étangs, forêts alluviales, mégaphorbiaies, la Creuse compte 30.842 hectares de zones humides non drainées et non altérées, soit environ 5,5 % de son territoire (1). Les bassins de l’ouest et du sud du département en concentrent les plus fortes densités et le nord-est, les plus faibles. Si la nature géologique du sous-sol creusois explique en partie cette répartition (2), l’occupation des sols, en majorité agricole pour le nord-est, n’est pas étrangère à leur raréfaction (lire ci-dessous). »

https://www.lamontagne.fr/gueret-23...

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!