Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Corinne Lepage dénonce les PPP
par Marc Laimé, 3 février 2012

Lors d’un débat à l’Assemblée Nationale sur les Partenariats public-privé le 2 février 2012, Corinne Lepage, candidate à l’élection présidentielle, a appellé à mettre les PPP sous surveillance.

Dès octobre 2011, Corinne Lepage prenait position sur les PPP à l’occasion du scandale de l’Hôpital sud-francilien.

Sa position est claire : « Il faut remettre en cause les PPP dont les conséquences financières pour la collectivité publique apparaissent comme de plus en plus désastreuses. Le système consistant à faire participer sur une base contractuelle le secteur privé à la réalisation d’ouvrages publics n’est a priori pas à condamner. En revanche, l’utilisation qui en est faite aujourd’hui, en ce qu’elle favorise outrageusement le contractant privé, se révèle dramatique pour les finances publiques. En Grande-Bretagne plus de 66 établissements hospitaliers sont en faillite pour avoir recouru au système du PPP".

Pour la candidate, la nouvelle polémique sur l’énorme PPP du "Pentagone à la française" prévu à Paris, donne un nouvel avertissement. Elle appelle donc à "mettre les PPP sous surveillance, afin d’éviter l’aggravation des déficits publics."

Cette prise de position est dans le droit fil du projet présidentiel de la candidate qui met en exergue une veille particulière de l’engagement du denier public et du rôle de lanceur d’alerte, qui aurait notamment évité les dérives constatées sur le PPP de Corbeil-Essonne.

impression

commentaires

1 Corinne Lepage dénonce les PPP

Très juste.
Il ne faut pas se tromper sur les PPP qui ne font qu’actualiser la formule de la concession du 19ème siècle, où (i) les taux de profit ne devaient pas nécessairement être aussi élevés qu’aujourd’hui (néo-libéralisme oblige créant une différentiel entre industrie et spéculation/capitalisme financier avec des coûts d’opportunité pour le capitaliste qui doit garantir la rente par sa durée et ses clauses léonines) et (ii) alors que les investisseurs acceptaient de "construire et exploiter à leurs risques et périls". (iii) De plus, pour l’eau comme pour les hôpitaux, la distribution d’eau brute au 19ème n’est pas la distribution d’eau potable post-chloration, dès après 1914-18 où on découvre l’intérêt du Chlore pour l’eau par l’asepsie des tranchées due aux gaz de combat, l’eau potable étant produite par du travail ouvrier (rapport travail ouvrier % travail cristallisé-investi). Y a des choses à creuser sur cet aspect économique de la plus value. Qui s’y colle ?
Les PPP sont les concessions sans risques du capitalisme contemporain.

poste par Luigi34 - 2012-02-3@18:21 - Répondre à ce message
2 Corinne Lepage dénonce les PPP

Les PPP c’est tout de même bien pratique pour emprunter sans augmenter la dette !
Par les temps qui courrent l’avantage d’un tel artifice vaut bien quelques concessions sur le taux effectif global (TEG) qu’on prendra d’ailleurs soin de ne pas calculer voir de rendre incalculable en ajoutant au contrat de construction un contrat d’entretien...

poste par bertrand - 2012-02-6@18:17 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!