Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Chartres métropole maintient son projet de station d’épuration contre l’avis du préfet
par Marc Laimé, 9 décembre 2009

L’agglomération de Chartres métropole vient de décider de maintenir son projet de nouvelle STEP, et de relancer les démarches administratives début 2010 en vue d’obtenir une nouvelle Déclaration d’utilité publique (DUP), en dépit de l’opposition
du préfet à un projet controversé…

En refusant le 23 juillet 2009 d’accorder la déclaration d’utilité publique du projet de station d’épuration que l’agglomération de Chartres veut construire à Mainvilliers, le préfet d’Eure-et-Loir a ouvert les hostilités d’une guerre qui monte chaque jour en intensité.

Dès septembre 2009, l’agglomération avait demandé au tribunal administratif d’Orléans de suspendre l’arrêté du 23 juillet et de rouvrir l’instruction de la DUP.

Demandes que le TA a rejetées à la mi-septembre. La ville arguait notamment du fait que ce projet de nouvelle station avait été imposé par le préfet lui-même … ce que ce dernier a réfuté dans une lettre adressée à la presse locale. Il explique notamment que le refus de DUP était motivé par « l’insincérité du dossier présenté ».

L’agglomération persiste et décide cependant de maintenir son projet de nouvelle station. Elle va relancer les démarches administratives début 2010 en vue d’obtenir une nouvelle DUP.

La préfecture de son côté, en s’appuyant sur l’avis du Comité départemental des risques sanitaires et technologiques (CODERST), a décidé au contraire de favoriser l’extension de la capacité de traitement de l’actuelle station.

Une position qu’Alain Pierrot, vice-président de Chartres métropole en charge de l’assainissement a qualifié de « surréaliste », « étonnante » et "intempestive" et même « d’imposture ». L’élu accuse notamment le préfet de « méconnaissance du dossier ou de mauvaise foi ».

Un autre conflit portant sur l’hébergement d’urgence oppose dans des termes aussi vifs le préfet au président de Chartres Métropole.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!