Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
« Capitalistes et autres psychopathes », par William Deresiewicz
par Marc Laimé, 7 juillet 2012

Un essayiste américain publiait en mai dernier dans l’International Herald Tribune un essai brillamment documenté, en référence à un écrivain anglais oublié, Bernard Mandeville, établissant que les capitalistes sont de véritables psychopathes. Rafraîchissante lecture au vu de notre actualité du moment…

« Il y a un débat en cours aux États Unis sur les riches : qui sont-ils, quel peut être leur rôle social, sont-t-ils des bons ou des mauvais ?
Bien, considérons ce qui suit. Une étude de 2010 a montré que 4% d’un échantillon de dirigeants d’entreprises présentaient un seuil clinique que l’on peut qualifier de psychopathe, à comparer à 1% de la population en général. (Cependant, l’échantillon n’était pas représentatif comme l’ont signalé les auteurs de l’étude).

Une autre étude a conclu que les riches sont probablement plus enclins au mensonge, à la tricherie et à enfreindre la loi.
La seule chose qui me laisse perplexe dans ces affirmations c’est que n’importe qui peut les trouver surprenantes. Wall Street c’est le capitalisme absolu, et le capitalisme est fondé sur les mauvais comportements. Cela devrait à peine sembler nouveau.

L’écrivain Anglais Bernard Mandeville l’exprimait il y a presque trois cent ans dans un traité sous forme de poème satirique et philosophique : « La Fable des Abeilles ». Le sous-titre du livre est : « Vices privés, bénéfices publics ».

Un Machiavel du royaume de l’économie – un homme qui nous a montré comme nous sommes et pas comme nous aimerions imaginer que nous pensons être – Mandeville a montré que la société commerciale crée de la prospérité en exploitant nos impulsions naturelles : fraude, luxure et orgueil.

Par « orgueil » Mandeville voulait dire vanité ; par luxure il voulait dire indulgence sensuelle. Tout cela crée de la demande comme chaque publicitaire le sait.

Du côté de l’offre, comme l’on dit maintenant, il y avait de la fraude.

« All Trades and Places knew some Cheat,/No Calling was without Deceit. »

Autrement dit, Enron, BP, Goldman, Philip Morris, Merck, etc., etc.

Comptabilité frauduleuse, évasion fiscale, dumping, violation de la sécurité sanitaire des produits, trucages, surfacturations, parjures. Le scandale de corruption de Wal Mart, le scandale du piratage de News Corp. – ouvrez les pages économiques n’importe que jour moyen !

Baiser vos ouvriers, faire du mal à vos clients, détruire l’environnement. Laisser le secteur public payer l’addition. Ce ne sont pas des anomalies ; c’est ainsi que le système fonctionne : vous partez avec ce que vous pouvez et vous tentez de vous en sortir, si vous êtes pris, en misant sur l’ambiguïté des Lois.

J’ai toujours trouvé que la notion de « business school » était amusante. Quels cours offrent-t-ils ? Voler la veuve et l’orphelin ? Opprimer les pauvres ? Faire les deux ? S’en mettre plein les poches grâce aux fonds publics ?

Il y avait un documentaire, il y a plusieurs années qui s’appelait « L’Entreprise » et qui prenait pour principe que les entreprises sont des personnes et qui se demandait quels genres de gens elles étaient.

La réponse était précisément des psychopathes : indifférents aux autres, incapables de culpabilité, exclusivement concernés par leurs intérêts propres.

Il existe des entreprises éthiques et des dirigeants éthiques, Mais l’éthique capitaliste c’est purement facultatif, extrinsèque. S’attendre à de la morale dans les marchés, c’est commettre une erreur de classement.

Les valeurs capitalistes sont contraires aux valeurs chrétiennes. (Comment les plus tapageurs des Chrétiens dans la vie publique peuvent aussi être les partisans les plus belliqueux d’un marché libre et déchaîné constitue une affaire à régler avec leurs propres consciences).

Les valeurs capitalistes sont aussi contraires aux valeurs démocratiques.
Comme l’éthique chrétienne, les principes d’un gouvernement républicain nous imposent de prendre en considérations les intérêts des autres. Le capitalisme qui implique la simple recherche du profit nous conduit à penser que tout est « chacun pour soi » !

Beaucoup a été dit, ces derniers temps, sur les « créateurs d’emplois », une notion engendrée par Frank Luntz, le gourou de droite, inspiré par le fantôme d’Aya Rand.

Les riches méritent notre gratitude et tout le reste qu’ils possèdent, autrement dit, nous sommes dans le domaine de l’envie.

D’abord, si les entrepreneurs sont des créateurs d’emplois, les ouvriers sont des créateurs de richesses. Les entrepreneurs se servent de la richesse pour créer des emplois pour les ouvriers.

Les ouvriers se servent de leur travail pour créer de la richesse pour les entrepreneurs – la productivité en excès, au-dessus des salaires et des autres compensations, va dans les profits des entreprises. Ce n’est jamais le but du jeu de faire profiter l’autre, cependant c’est ce qui arrive !
Aussi, les entrepreneurs et les riches sont différents et constituent des catégories qui se chevauchent.

La plupart des riches ne sont pas des entrepreneurs ; ce sont des dirigeants d’entreprises bien établies, des « managers » institutionnels d’une autre sorte, les plus riches des médecins et des avocats, les entraîneurs les plus chanceux et les athlètes, des gens qui ont simplement hérité ou, bien sûr, ceux qui travaillent à Wall Street.

Plus important, ni les entrepreneurs ni les riches n’ont le monopole de l’intelligence de la sueur et du risque. Il y a les scientifiques – et les artistes et les lettrés – qui sont autant doués que n’importe quel entrepreneur, seulement ils sont intéressés par d’autres récompenses.

Une mère célibataire qui travaille et s’implique dans un lycée public travaille autant que n’importe quel dirigeant d’un fond spéculatif. Une personne qui contracte un emprunt – ou un prêt pour ses études, ou qui va faire un enfant - sur la base d’un travail qu’elle sait pouvoir perdre à n’importe quel moment - (grâce, peut-être à l’un de ces créateurs d’emplois), prend autant de risques que quelqu’un qui démarre une affaire.

Un immense domaine de la politique dépend de ces représentations : qu’allons nous taxer et combien ; qu’allons nous dépenser et pour lesquels ? Mais alors que les « créateurs d’emplois » peuvent constituer une nouvelle expression, l’admiration qu’elle exprime – mais le mépris qu’a contrario elle signifie clairement – ce n’est pas : « les Américains pauvres doivent se détester », Kurt Vonnegut l’a écrit dans « L’abattoir numéro cinq ». Ainsi, « ils se moquent d’eux-mêmes et glorifient leurs supérieurs ». Notre mensonge le pire, ajoute-t-il : « est qu’il est très facile pour tout américain de faire de l’argent ».

Le mensonge continue. Les pauvres sont paresseux, stupides et malfaisants. Les riches sont excellents, courageux et bons. Ils répandent leurs réussites sur nous tous.

Mandeville croyait que la poursuite individuelle de l’intérêt individuel pouvait contribuer à l’intérêt public, mais, contrairement à Adam Smith, il pensait que cela n’allait pas de soi.

La « main » de Smith était « invisible » - l’action automatique du marché. Mandeville impliquait : « le comportement malin d’un politicien habile » - en termes modernes, la législation, la régulation, la taxation.

Ou bien il en faisait un vers : « Vice is beneficial found,/When it’s by Justice lopt and bound ».

(*) William Deresiewicz est essayiste et critique ; il est l’auteur de « A Jane Austen Education ».

« Capitalistes et autres psychopathes » a été publié par l’International Herald Tribune le 18 mai 2012.

(Traduction Maximilien)

Ecouter, lire et voir :

- En écho à la « Fable des abeilles » et « Vices privés, bénéfices publics », trois entretiens réalisés en février 2012 par Pascale Fourier avec Dany-Robert Dufour, philosophe et auteur de « L’homme qui vient... après le libéralisme », publié chez Denoël. "Les vices privés font la fortune publique", disent-ils... L’époque moderne, où les prémices du laisser-fairisme... Le libéralisme, un totalitarisme nouveau. »

- Les deux entretiens précédents avec François Flahault, philosophe, auteur du « Paradoxe de Robinson » et de « Où est passé le bien commun ? », aux Editions Mille et une Nuits.

« Ce n’est pas l’homme qui fait la société, mais la société qui fait l’homme

Penser et préserver le biotope humain »

- Financialization of Nature

Court-métrage d’animation sur la mainmise des marchés financiers sur la nature et les réelles alternatives portées par la société civile. Une initiative de : SOMO, European Attac Network, Food&Water Europe, Friends of Earth Europe, Les Amis de la Terre France, Carbon Trade Watch, WEED, Ecologistas en Acción, Aitec and Campagna per la riforma della Banca Mondiale.

Produit par La Antena, AttacTV. Animé par Desarme s.c.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!