Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Assainissement non collectif (101) : « l’agrément » des micro-steps
par Marc Laimé, 6 mai 2012

Comme nous le prédisions il y a quatre ans sans risque de nous tromper, le protocole « d’agrément » des micro-steps n’en a plus que le nom, et on peut aujourd’hui faire « agréer » sans souci tous les procédés de traitement, à la plus grande joie de leurs importateurs, puisque de recul en dérobade les ministères de l’Ecologie et de la Santé ont fini pat tout concéder au lobby des importateurs. Comme l’attestent les précisions récemment apportées par le ministère de l’Ecologie à la question d’un parlementaire.

La question de M. Pierre Morel-A-L’Huissier, député (UMP) de la Lozère, publiée au JO le 2 août 2011, page 8284.

« M. Pierre Morel-A-L’Huissier attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la problématique des zones en assainissement non collectif avec des maisons sans terrain qui rencontrent de grosses difficultés pour mettre en place un dispositif d’assainissement individuel. Il lui demande des précisions administratives et techniques sur les possibilités de traitement agréé. »

La réponse du ministère de l’Ecologie, publiée au JO le 17 avril 2012, page 3035.

« Conformément à l’arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d’assainissement non collectif inférieures ou égales à 20 équivalents habitants, les dispositifs de traitement font l’objet d’une procédure d’évaluation.

Deux procédures d’évaluation sont possibles :

- la procédure complète basée sur des essais réalisés sur plate-forme expérimentale d’une durée de 15 mois ;

- la procédure simplifiée, en s’appuyant sur les résultats d’essai du marquage CE fournis par les fabricants pour les installations bénéficiant du marquage CE ou celles commercialisées légalement dans d’autres états-membres, d’une durée de 3 mois.

Cette procédure permet d’agréer sans aucun essai complémentaire les installations marquées CE qui répondent aux performances épuratoires réglementaires, conformément aux dispositions prévues à l’article 27 de la loi n« 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement dite "Grenelle 1".

A ce jour, plus de 90 dispositifs de traitement sont agréés par les ministères en charge de l’écologie et de la santé.

Par ailleurs, depuis le 28 octobre 2011, les opérateurs économiques peuvent déposer un dossier de demande de reconnaissance des autres dispositifs de traitement de la gamme auprès des organismes notifiés, permettant d’élargir l’agrément à d’autres modèles de la gamme, selon des règles d’extrapolation sans refaire tous les essais nécessaires au titre du marquage CE.

Ces dispositifs de traitement permettent de répondre à un manque de place sur la parcelle. Toutefois, dans le cas d’habitation sans terrain, il convient de rechercher d’autres solutions telles que le regroupement de plusieurs habitations, voire le raccordement au réseau public de collecte des eaux usées.

De plus amples renseignements sont disponibles sur le site internet dédié à l’assainissement non collectif, (http://www. assainissement-non-collectif. developpement-durable. gouv. fr), notamment la liste, régulièrement mise à jour, des dispositifs de traitement agréés et leurs caractéristiques techniques. »

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!