Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Après Istanbul, par Jacques Perreux
par Marc Laimé, 25 mars 2009

A l’instar de milliers d’élus locaux du monde entier, Jacques Perreux, Vice-président du Conseil général du Val-de-Marne en charge de l’assainissement et du développement durable, a participé au 5ème Forum mondial de l’eau. Si celui-ci s’est clos sur un désaccord qui n’aura pas permis de faire progresser le notion du droit à l’eau, Jacques Perreux n’en affiche pas moins son optimisme, et souligne que des très nombreux acteurs semblent en capacité de faire émerger de nouvelles convergences à un moment où la question de l’eau fait plus que jamais figure d’enjeu décisif.

« Je représentais le Conseil général du Val-de-Marne et son service public de l’environnement et d ’assainissement à Istanbul.

J’y suis resté trois jours et ai participé essentiellement au Forum des autorités locales et au forum alternatif. Je n’ai donc qu’une vue forcément partielle de l’événement au regard de son gigantisme.

J’en retire néanmoins des impressions qui me font dire que les idées que nous défendons contre la marchandisation et pour la gestion de l’eau en service public sont très partagées, et plutôt en progression par rapport au précédent Forum de Mexico.

Je ne méconnais pas le poids des multinationales de l’eau co-organisatrices du forum, mais il me semble significatif que le « Président » du « Conseil mondial de l’eau », Loïc Fauchon*, ait eu besoin de déclarer à plusieurs reprises de façon défensive : « Public – Privé ce n’est pas le problème ».

Il n’y a pas si longtemps le discours était plus arrogant et plus ouvertement en faveur du privé.

Journée mondiale de l'eau

Les militants alter-mondialistes sont loin d’être les seuls à percevoir que les expériences de privatisation ne sont pas probantes et positives. Les multinationales de l’eau ne bénéficient pas d’emblée d’un à priori favorable.

Dans ce forum mondial, la grande majorité des dizaines de milliers de participants sont eux-même issus du service public, ou de structures publiques. Ceci n’est pas pour nous étonner, nous qui savons que s’il y a des tentatives forcenées de privatisation c’est parce que l’eau est massivement gérée dans le monde par des services publics locaux.

La ville hôte de ce forum, Istanbul, dispose, d’un service public de l’eau potable et de l’assainissement qui dessert près de 15 millions d’habitants. Les fonctionnaires de celui-ci étaient très présents.

Le Forum des autorités locales organisé par la CGLU s’est conclu par une déclaration finale : « Le pacte d’Istanbul », qui affirme dans son 1er point que :

- L’accès à une eau de bonne qualité et à l’assainissement est un droit fondamental pour tous les êtres humains et joue un rôle essentiel dans la préservation de la vie, de la santé publique, et dans la lutte contre la pauvreté ;

Et dans le deuxième point que :

- L’eau est un bien public qui devrait donc être sous contrôle public, même si sa gestion est partiellement ou totalement déléguée au secteur privé ;

Certes, tout n’est pas « bordé » comme nous le souhaiterions. Mais entre la première version de cette déclaration et celle-ci, je dois reconnaître qu’elle s’inspire fortement des amendements que le Conseil général du Val-de-Marne avait porté, et que la notion du Droit à l’eau comme droit fondamental y est acté.

Nous avons proposé un ultime amendement qui renforce encore le besoin d’un véritable contrôle public. Celui-ci a été bien accueilli et nous saurons bientôt s’il a été retenu.

D’autre part, le sénateur français Jean-François Legrand (UMP), qui était le rapporteur de la séance des parlementaires à commencé son compte rendu devant un millier d’élus locaux (Maires, Conseil régionaux, départementaux …) en disant que les députés considéraient que le droit à l’eau devait être inscrit dans les Constitutions !

Cependant, on apprenait en clôture du Forum que la déclaration inter-ministérielle ne faisait plus - du fait du lobbying des délégués américains -, référence à l’eau comme un droit, mais comme un besoin.

Une autre impression que je retire de ce forum, c’est que la situation que connaissent plusieurs milliards d’êtres humains du fait de leur non accès à l’eau potable et à l’assainissement est quasiment déléguée par les Etats aux autorités locales. L’idée est même avancée d’une généralisation ou d’une « mondialisation » de la loi Oudin-Santini.

Nous pourrions, comme je l’ai évoqué devant le Congrès alternatif, proposer qu’en écho au 1% des collectivités locales, il y ait un 1% national pris sur les dépenses militaires, et pourquoi pas un 10% des bénéfices tirés de l’eau, affectés à la lutte concrète pour l’accès à l’eau et l’assainissement.

En conclusion je pense qu’il n’y a pas un fossé entre les débats et les convictions portées par les forces alternatives altermondialistes, associatives et une grande partie des autorités locales.

Il me semble que cela crée une possibilité d’un front convergent pour demander et obtenir que ce soit l’ONU qui organise le prochain forum mondial, et pour que les pouvoirs locaux et les ONG soient fortement représentées dans toutes les instances de préparation et de décision de cet événement. Je pense également qu’il y a un espace commun de rencontre à construire dans le domaine de l’eau entre la CGLU et les militants alternatifs.

En tous les cas, certaines déclarations d’Istanbul peuvent être utilisées comme des points d’appui dans le combat que nous menons en France.

Enfin, la solidarité avec la Palestine s’est très fortement exprimée dans le forum des autorités locales. Il me semble que ce serait un formidable signe pour CGLU de répondre favorablement à l’invitation qui a été faite par le Maire de Gaza d’accueillir une prochaine réunion de CGLU en Palestine."

* Loic Fauchon est aussi Président de la Société des Eaux de Marseille, dont le capital est à 50% détenu par Véolia et 50% par la Lyonnaise des Eaux.

Lire aussi :

Toubabou à Bamako, les chroniques d’un hydrogéologue

impression

commentaires

1 Après Istanbul, par Jacques Perreux

"Il n’y a pas si longtemps le discours était plus arrogant et plus ouvertement en faveur du privé", nous dit Jacques Perreux.

Il est vrai que l’action du monde associatif commence à porter ses fruits et que l’appel "contre le faux forum de l’eau" a été remarqué. Comme ont été remarqués le refus de l’association France-Liberté ou celui de Riccardo Petrella de cautionner, par leur présence, cette vitrine des lobbies, véritable Davos de l’eau.

Reste maintenant à agir pour que ce "faux forum" soit le dernier. Une des premières étapes de cette mobilisation pourrait être la tenue d’un forum alternatif se tenant à une autre date (par exemple dans deux ans) que celle a laquelle pourrait se tenir le prochain "faux forum".

Au sujet du 1%.

Jacques écrit : "Nous pourrions, comme je l’ai évoqué devant le Congrès alternatif, proposer qu’en écho au 1% des collectivités locales, il y ait un 1% national pris sur les dépenses militaires, et pourquoi pas un 10% des bénéfices tirés de l’eau, affectés à la lutte concrète pour l’accès à l’eau et l’assainissement."

Oui l’idée du 1% de ATTAC est toujours d’actualité quand il s’agit de taxer les profits financiers ou même ceux résultant du commerce des armes ou de la marchandisation de l’eau et Jacques a raison de le rappeler. Mais n’en faisons pas un "écho au 1% des collectivités locales" qui lui, est un véritable scandale.

La loi Oudin-Santini qui instaure ce 1% est un détournement scandaleux de l’argent de l’eau et une dénaturation complète de la notion d’aide au développement. Agissons, au contraire, pour que les collectivités locales renoncent à ce mode de financement.

poste par Gérard Borvon - 2009-03-25@16:43 - Répondre à ce message
2 Après Istanbul, par Jacques Perreux

j’étais à Istanbul et je suis allez au Forum alternatif… j’ai été très surpris et déçu de voir la faible mobilisation 250 personnes à tout casser. Alors je ne suis pas convaincu qu’organiser un forum alternatif dans 2 ans soit le meilleur moyen de discréditer le forum officiel ....

poste par alex - 2009-04-14@20:02 - Répondre à ce message
3 Après Istanbul, par Jacques Perreux

Perreux et Le Strat qui représentaient la France au Forum populaire à Istambul n’ont pas été à la hauteur. C’est dommage !

poste par viviane - 2009-04-15@17:10 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!