Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Algues vertes : l’association Robin des Bois rappelle le rôle méconnu des pollutions d’origine maritime et industrielle
par Marc Laimé, 11 septembre 2009

A rebours des mises en cause univoques d’un modèle d’agriculture et d’élevage intensif, qui joue un rôle majeur dans l’explosion dévastatrice des « marées vertes », l’association de défense de l’environnement Robin des Bois souligne dans un communiqué que les marées noires, l’immersion de boues de dragages portuaires et la pollution atmosphérique issue des activités industrielles et maritimes jouent aussi un rôle dans la prolifération des algues vertes. Un rappel bienvenu, qui souligne cruellement là aussi le laxisme de l’Etat vis-à-vis de ces pollutions dont on parle trop peu.

« Depuis quarante ans, les algues vertes envahissent le littoral de l’Ouest de la France et étendent lentement et inexorablement leur aire de répartition.

Des idées reçues et pratiques attribuent quasi exclusivement cette poisse aux activités agricoles. Les contributions des marées noires historiques, des immersions de boues de dragage des bassins portuaires, de la pollution atmosphérique issue des activités industrielles et maritimes ne sont pratiquement pas prises en compte.

Une tonne de pétrole contient 20 kg d’azote. Depuis 1970 il est connu des spécialistes que les teneurs en phosphore et en azote de l’eau de mer sont au moins cent fois plus élevées à proximité d’un site de rejet de boues de dragage que dans le milieu environnant. La contribution du trafic maritime à la pollution atmosphérique par les oxydes d’azote (NOX) est en augmentation. Les apports en phosphore dus à la croissance de la flotte de plaisance sous-équipée pour le traitement des eaux de WC ne sont pas comptabilisés.

Le cumul et la synergie de toutes ces causes non exhaustives aboutissent à un état de catastrophe environnementale et sociale dont la puissance publique et régionale tarde à prendre conscience. Un jogger est mort en été 1989 à Saint-Michel-en-Grève (22) dans un tapis d’algues vertes en décomposition. L’hydrogène sulfuré a été suspecté.

Les stockages provisoires près du littoral — tels des stockages de déchets de marées noires — réalimentent en sels nutritifs les ruisseaux et eaux souterraines qui se dirigent vers le littoral.

Le gouvernement, les pouvoirs régionaux en Bretagne, en Normandie, dans les Pays-de-la-Loire sont tétanisés par cette colonisation d’origines anthropiques. Moins on en parle mieux on se porte. C’est le « syndrome Amoco Cadiz ».

Le gouvernement a pris son épuisette et pêché des mesurettes.

Des expérimentations de ramassage en mer ouverte des algues vertes vont avoir lieu l’année prochaine : le gouvernement Rocard devait le faire en coopération avec le Centre de Documentation, de Recherche et d’Expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE). Mieux, en 1982, la collecte se faisait en mer dans la baie de Lannion.

L’Etat va participer aux frais de collecte sur le littoral : des millions d’euros ont été engloutis dans la recherche sur la valorisation des algues vertes considérées dans les années 80 et jusqu’à aujourd’hui comme une manne de richesses, mieux que la chicorée.

Il faut sans retard inscrire les algues vertes échouées et collectées dans la liste des déchets dangereux, créer des filières fermées d’élimination, protéger tous les acteurs depuis la collecte jusqu’au traitement, consacrer des fonds et des ressources humaines à un observatoire scrupuleux et réactif des espèces algales invasives, faire un inventaire de tous les stockages non déclarés et non confinants, inventorier et peser sur toutes les causes de la prolifération, inventorier et chiffrer toutes les conséquences pour la biodiversité, la pêche et le tourisme. »

Lire :

Les algues vertes, une pollution mortelle, encore sous estimée

Les eaux glacées du calcul égoïste, 24 août 2009.

Algues vertes : 300 bretons portent plainte

Les eaux glacées du calcul égoïste, 5 septembre 2009.

Algues vertes : mort d’un nettoyeur de plages

Les eaux glacées du calcul égoïste, 5 septembre 2009.

Algues vertes : la justice ouvre une enquête préliminaire après la mort d’un nettoyeur de plage

Les eaux glacées du calcul égoïste, 8 septembre 2009.

Algues vertes : des médecins bretons demandent à l’Etat de les aider à sensibiliser les populations exposées

Les eaux glacées du calcul égoïste, 9 septembre 2009.

Algues vertes : comment s’en débarrasser ?

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 septembre 2009.

Algues vertes : plusieurs sections de plage interdites au public dans les Côtes d’Armor

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 septembre 2009.

Algues vertes : le propriétaire du cheval asphyxié porte plainte

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 septembre 2009.

Algues vertes : l’association Robin des Bois rappelle le rôle méconnu des pollutions d’origine maritime et industrielle

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 septembre 2009

Lire aussi :

Le dossier « Marées vertes » de l’Ifremer – 1994/2008.

Les algues vertes peuvent tuer

S-Eau-S, 5 octobre 2008.

Le dossier "Algues vertes" d’Eau et rivières de Bretagne

Le dossier du Télégramme

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!