Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Affaire Proglio : l’intersyndicale de Veolia vole au secours de son patron et de Nicolas Sarkozy
par Marc Laimé, 26 janvier 2010

Tandis que l’intersyndicale de Veolia Environnement a dénoncé à l’AFP le 25 janvier 2010 une "campagne de dénigrement" contre leur ancien patron, l’Union syndicale FO réclamait le 22 janvier par voie de communiqué la démission immédiate du capitaine d’industrie de l’un de ses deux postes. Cette dissonance s’explique par le fait que l’Union syndicale FO a conduit des années durant une lutte acharnée contre Jean-Marie Messier et Henri Proglio, ce qui valut à ses membres d’être persécutés par Veolia, jusqu’à des licenciements, qui ont depuis lors été annulés par la justice. Un éclairage qui en dit long sur l’état réel du syndicalisme au sein de la multinationale de l’eau et des services à l’environnement…

Le communiqué ci-après, rendu public à 19 heures, sera brandi deux heures plus tard à la télévision par le président de la République, M. Nicolas Sarkozy, qui soulignera combien les syndicats de Veolia sont attachés à leur patron...

« Les syndicats de Veolia Environnement ont dénoncé lundi une campagne de dénigrement" contre leur groupe et leur ancien patron, Henri Proglio, dont la double fonction chez EDF et Veolia fait polémique, relate une dépêche de l’AFP, datée du 25 janvier 2010.

"Nous ne pouvons accepter qu’à des fins purement politiciennes, certains continuent à dénigrer notre groupe au travers d’attaques personnelles contre son ancien PDG", affirme l’intersyndicale CFDT-CFE/CGC-CFTC-CGT-CGT/FO et UNSA, qui prend position publiquement pour la première fois sur la polémique en cours.

De nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer la double casquette d’Henri Proglio comme patron d’EDF et président du conseil d’administration de Veolia.

"Dans le contexte économique actuel nous considérons que le partenariat entre EDF et Veolia Environnement est plus porteur d’emplois qu’une guerre larvée et stérile", poursuit l’intersyndicale, dans un communiqué.

"Je ne vois pas qui pourrait remplacer Henri Proglio, qui est là depuis 38 ans. Il connaît tous les dossiers de A à Z", a affirmé à l’AFP Jean-Luc Davoisne (CFE-CGC), représentant des salariés au conseil d’administration.

"Une année ou deux est le temps raisonnable du passage de pouvoir" avec Antoine Frérot, qui a remplacé Henri Proglio comme directeur général de Veolia Environnement, a ajouté M. Davoisne, réclamant qu’on laisse "le temps au groupe de faire la transition".

"Tout cela est très politique : on lynche Henri Proglio pour pouvoir mieux lyncher derrière Nicolas Sarkozy", le président de la République, a estimé Jean-Luc Davoisne.

L’association des actionnaires salariés de Veolia (AAVE) a également réitéré lundi sa "confiance aux membres du conseil d’administration et à la direction générale".

"Nous restons en effet convaincus qu’une passation de témoins en douceur plutôt qu’une rupture brutale permettra à notre entreprise d’affronter plus aisément" les changements à venir dans son métier, écrit l’AAVE, dans un communiqué.

Sous le feu des critiques, Henri Proglio avait dû renoncer jeudi aux 450.000 euros de rémunération annuels que devait lui verser Veolia en plus des 1,6 million d’euros perçus chez EDF. Sur cette question de double salaire, l’intersyndicale rappelle qu’elle avait opté pour "une position de neutralité".

L’Union Générale des Syndicats FO sollicite la démission de Monsieur Proglio

« Préalablement à la désignation de Monsieur Proglio à la tête d’EDF, l’UGSFO Veolia, secteur eau, rappelle que nous avions déjà fait valoir l’incompatibilité économique et sociale de cette nomination d’un ami du Président de la République à la tête d’EDF.

En effet, il convient de se rappeler que Monsieur Proglio faisait partie, entre autres, du cercle d’amis du Président fêtant son élection au restaurant Le Fouquet’s à Paris au mois de mai 2007.

L’UGSFO rappelle également que le management social très « particulier » de Monsieur Proglio a vivement été critiqué, tant au regard des multiples condamnations définitives de ce groupe pour les atteintes à la liberté syndicale, qu’au regard de son triste bilan économique (gérant de la CGE sous l’ère Messier).

Faut-il rappeler que Veolia a perdu récemment la gestion de la distribution de l’eau à Paris qui était pourtant la vitrine commerciale du groupe et vient de perdre également plusieurs contrats dont l’agglomération de Rouen.

Nous ne sommes pas surpris de la polémique de la double rémunération indécente de Monsieur Proglio qui n’est que le début des pirouettes économiques et sociales à venir.

Notre organisation syndicale dénonce fermement la situation actuelle qui nous semble plus correspondre à un copinage électoral qu’à une nécessité économique transparente.

Monsieur Proglio a-t-il déjà oublié qu’il a sollicité devant le Tribunal Correctionnel la condamnation en diffamation du Secrétaire Général de l’UGSFO qui avait dénoncé, entre autres, les versements occultes, effectués en espèces à des syndicalistes de la CGE (devenue Veolia) ?

A-t-il oublié que notre Secrétaire Général a bénéficié dans cette affaire d’une relaxe définitive ? Dans ce contexte, FO considère que cette nomination pose beaucoup plus de problèmes réels qu’elle n’apporte de réponses.

Le maintien des deux postes (EDF-Veolia) pose aussi la question d’un parti pris dans des activités économiques qui sont concurrentes, Monsieur Proglio DOIT DEMISSIONNER IMMEDIATEMENT D’UN DES DEUX POSTES. »

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!